Selon Wauquiez, Macron lui aurait dit "les 80km/h, c'est une connerie"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Selon Wauquiez, Macron lui aurait dit "les 80km/h, c'est une connerie"

Publié le 27/01/2019 à 10:48 - Mise à jour à 17:09
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Selon Laurent Wauquiez, Emmanuel Macron lui aurait dit jeudi 24 dans la Drôme: "Les 80 km/h, je n’y suis pour rien, c’est mon Premier ministre. C’est une connerie". Une information démentie par l'Elysée. 

Emmanuel Macron a rencontré jeudi midi à Valence une demi-heure en tête-à-tête Laurent Wauquiez, avant son troisième grand débat avec des maires dans la Drôme. Le dirigeant des Républicains a fait des confidences sur sa rencontre avec le chef de l'Etat, lui prêtant des propos au sujet de la baisse de la vitesse de 10km/h sur les routes secondaires, immédiatement démentis par l'Elysée.

Selon Laurent Wauquiez, Emmanuel Macron lui aurait dit: "Les 80 km/h, je n’y suis pour rien, c’est mon Premier ministre. C’est une connerie, ce n’était pas dans mon programme". Des propos attribués au président qui ont été rapportés à BFMTV par l'entourage du président des Républicains.

"Le président a déjà parlé dix fois des 80 km/h, il n’est pas du genre à se défausser sur qui que ce soit", a répondu un proche d’Emmanuel Macron, lançant à l’adresse de Laurent Wauquiez: "ce n’est pas à la hauteur d’un chef de parti", fait savoir la chaîne d'information en continue.

Voir - Wauquiez l'accuse d'être dans une "bulle", Macron s'invite à un débat-citoyen

Au cours du débat avec les maires, Laurent Wauquiez avait lancé à Emmanuel Macron: "Depuis deux ans, on a l’impression que vous avez tourné le dos aux territoires. Je n’ai aucune réponse sur les petites lignes ferroviaires" et "au lieu de mettre de l’argent sur les moyens de transport vous nous mettez les 80 km/h". Et de reprocher au président d'être "dans une bulle".

Comme pour répondre au chef des Républicains, Emmanuel Macron a joué les invités-surprises dans un débat-citoyen avec des "gilets jaunes" jeudi près de Valence, après avoir entendu les doléances d'une soixantaine d'élus lors d'un déjeuner-débat à Valence. Pendant 3H15, le chef de l'État, debout, micro en main, a balayé un grand nombre de préoccupations dans un échange de questions-réponses avec quelque 250 personnes réunies dans la Maison des associations de Bourg-de-Péage (10.500 habitants), fief du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, qui l'accompagnait.

Lire aussi:

Grand débat : Macron face à Wauquiez, aux côtés d'une soixantaine d'élus d'Auvergne-Rhône-Alpes

Macron rencontre Wauquiez jeudi dans la Drôme avant le débat

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon Laurent Wauquiez, Emmanuel Macron lui aurait dit jeudi 24 dans la Drôme: "Les 80 km/h, je n’y suis pour rien, c’est mon Premier ministre. C’est une connerie".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-