Sivens: Bernard Cazeneuve interdit les manifestations prévues vendredi à Albi

Sivens: Bernard Cazeneuve interdit les manifestations prévues vendredi à Albi

Publié le 05/03/2015 à 16:06 - Mise à jour le 06/03/2015 à 09:10
©Fred Scheiber/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Face aux risques d'affrontements entre zadistes et agriculteurs, Bernard Cazeneuve a décidé d'annuler les rassemblements prévus par les deux camps vendredi à Albi. La décision sur le projet du barrage de Sivens doit avoir lieu le même jour.

Pro et anti-barrage de Sivens avaient l'intention de se réunir vendredi à Albi afin de faire entendre leurs points de vue. Cependant, face au risque élevé de débordements et d'affrontements entre les deux camps après plusieurs jours de fortes tensions, Bernard Cazeneuve a demandé au préfet du Tarn d'interdire ces rassemblements. "J'ai donné instruction au préfet que cette manifestation ne soit pas autorisée, compte tenu des risques graves auxquels s'exposeraient les manifestants, pour leur intégrité physique ", a affirmé ce jeudi la ministre de l'Intérieur lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

A mesure que la décision du Conseil général du Tarn approche, les tensions entre "zadistes" et agriculteurs semblent s'amplifier sur le site du barrage de Sivens (Tarn). Après plusieurs jours émaillés par des accrochages, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait dénoncé un peu plus tôt dans la journée une situation d'"extrême tension" et avait lancé un appel au calme. Il a été imité par Xavier Beulin, le président de la FNSEA, le syndicat majoritaire des agriculteurs.

Depuis lundi 2, les agriculteurs favorables au projet de barrage tentent de fermer l'accès à la ZAD ("zone à défendre") occupée par les militants écologistes. Ils ont démantelé plusieurs structures des zadistes et cherchent à arrêter les convois de ravitaillement venus des villages alentours.

Malgré le déploiement des forces de l'ordre pour séparer les deux camps, zadistes et agriculteurs s'accusent mutuellement d'agressions. Mardi 3, le président de la section du Tarn de la FNSEA a affirmé qu'un agriculteur avait été blessé à la main par un coup de hache, décrivant des "scènes de guérilla". Le lendemain, des zadistes reprochaient aux agriculteurs d'avoir incendié un de leur bâtiment. Ils ont appelé à venir grossir leurs rangs, sur les réseaux sociaux.

Bernard Cazeneuve a déclaré ce jeudi que "la France garde en mémoire les conséquences dramatiques des manifestations du mois d'octobre 2014, qui avaient conduit au décès tragique de Rémi Fraisse. Rien ne saurait justifier de nouveaux déferlements de violence susceptibles de conduire à de nouveaux drames".

Le président de la FNSEA a pour sa part rappelé que "ce n'est pas aux agriculteurs de faire évacuer la zone mais à la puissance publique de tout mettre en œuvre si la décision est positive demain (vendredi)". Le Conseil général du Tarn doit se prononcer sur les deux projets alternatifs au barrage de Sivens. L'un prévoit une version allégée du barrage, l'autre simplement trois petites retenues d'eau latérales.

Mais quelle que soit la décision des élus, la probabilité que les zadistes continuent d'occuper la zone demeure, au risque d'attiser la colère des agriculteurs.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes tentent de maintenir une séparation entre zadistes et agriculteurs autour du site du barrage de Sivens.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-