Sivens: le projet initial définitivement abandonné

Sivens: le projet initial définitivement abandonné

Publié le 27/12/2015 à 15:27 - Mise à jour à 15:35
©Fred Scheiner/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Après des mois de polémique et d'opposition entre agriculteurs et militants "zadistes" et la mort de l'un d'entre eux, le projet initial du barrage de Sivens a été définitivement abandonné vendredi par arrêté préfectoral.

Le projet initial de barrage à Sivens a été définitivement abandonné avec la signature vendredi d'un arrêté par les préfets du Tarn et du Tarn et Garonne, a annoncé dimanche le sénateur du Tarn et Garonne François Bonhomme sur Twitter.

"Quand l'Etat signe un arrêté d'abandon de la retenue de Sivens en catimini", a tweeté le sénateur DVD, parlant de "gâchis", de "capitulation" et de "Noël de la lâcheté". Cet arrêté, publié par France-3 Midi-Pyrénées, abroge la déclaration d'intérêt général du projet de barrage, abrogation qui devra être affichée pendant une durée minimale d'un mois. L'arrêté est susceptible d'un recours devant le tribunal administratif de Toulouse, précise le texte.

Ce barrage a suscité une vive controverse et a été à l'origine de manifestations avec des heurts lors desquels le militant écologiste Rémi Fraisse a été tué par une grenade offensive lancée par un gendarme le 26 octobre 2014.

Le 11 décembre, le conseil départemental du Tarn a adopté l'accord transactionnel proposé par l'Etat sur une compensation de 3,4 millions d'euros sur l'abandon du projet: 2,1 millions d'euros pour les dépenses en pure perte et 1,3 millions d'euros pour réhabiliter la zone humide.

Un autre projet, avec une retenue d'eau réduite de moitié, est à l'étude et devrait être lancé prochainement. Il est défendu par les syndicats agricoles pour des questions d'irrigation.

Surnommé le "Sivens light", il est combattu par les "zadistes" qui estiment que le barrage est inutile et que les petites retenues d'eau collinaires alentours sont suffisantes aux besoins d'irrigation.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Depuis plus d'un an, les travaux du barrage de Sivens étaient arrêtés suite à l'occupation des "zadistes".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-