Sondages présidentielle 2022: un président à la peine rejeté par près de 7 Français sur 10

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 07 avril 2022 - 14:41
Image
Cartes électorales.
Crédits
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
66 % des Français souhaiteraient un nouveau président de la République selon un sondage CSA pour CNews.
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

À quatre jours du premier tour de l’élection présidentielle, plusieurs sondages montrent une dynamique en faveur de Marine Le Pen tandis qu’une enquête d’opinion de l’institut CSA pour CNews révèle que 66 % des Français interrogés souhaitent changer de président de la République. 

 

Plusieurs enquêtes confirment un président à la peine et une hausse de l’électorat de Marine Le Pen

Le 5 et 6 avril, l’Institut CSA a effectué un sondage pour CNews en posant une question clé : "Souhaitez-vous changer de président de la République ?".

À cette question, 66 % (43% de "oui, tout à fait" et 23 % de "oui plutôt") des personnes interrogées souhaitent un changement de président. En face, un petit tiers des personnes sondées estiment que cela n'est pas souhaitable, dont 13% seulement pensent que cela n'est "pas du tout souhaitable". 

Riche en informations, le détail des résultats montre un rejet massif chez les jeunes de 18-24 ans qui sont 79 % à vouloir changer de chef d’État. Dans une moindre mesure, les plus de 65 ans, réputés les plus nombreux à voter pour Emmanuel Macron, sont également majoritairement favorables à un changement. Et c’est ce chiffre de 56% qui interroge surtout lorsqu’on le met en parallèle avec le vote de cette tranche d’âge à l’élection de 2017 qui montre que 80 % des Français de 65 ans et plus a voté pour Emmanuel Macron.

Quant aux 18-24 ans, ils avaient été 56 % à voter pour Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017.

Par ailleurs, lorsqu'on regarde l'appartenance politique de ceux qui ont répondu à cette enquête, ce sont les personnes proches du parti Les Républicains qui se montrent les plus sévères à l'encontre du locataire de l'Élysée. En effet, 73 % d'entre elles ne souhaitent pas la réélection d'Emmanuel Macron, 10 points de plus que les personnes issues du Parti socialiste, qui sont 63% à espérer un changement. 

Par ailleurs, une enquête Kantar Public - Epoka pour Le Figaro, qui ne porte pas sur les intentions de vote, mais sur les électeurs potentiels, montre que 39% des Français envisagent « possible », avec « de fortes chances », ou sont « certains » de voter pour Emmanuel Macron, dimanche prochain. Un score qui le place au coude à coude avec Marine Le Pen, à 38 %. Le candidat Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise, qui recueille 29 % de potentiel électoral, s’installe, lui, solidement à la troisième place.

Par ailleurs, 21 % des voix des électeurs proches de la France insoumise, du Parti socialiste ou des Verts envisageraient un vote au second tour pour Marine Le Pen, et 31 % pour Emmanuel Macron. À droite, ils seraient 68 % des électeurs du RN, de Reconquête ou des Républicains à voter pour la candidate du Rassemblement national.

À quatre jours du premier tour, 1 français sur 5 n'a pas encore choisi son candidat.

Un climat délétère règne sur la campagne présidentielle

Ces différentes enquêtes d’opinion viennent toutes confirmer que la dynamique n’est plus du côté du président-candidat. Si pendant quelque temps, le conflit ukrainien lui avait permis de se détacher loin devant ses adversaires, bénéficiant le temps de quelques jours de 30 % d’intentions de votes, il semble bien que ce conflit, qui avait renforcé sa stature de chef de guerre, masquait un renversement de tendance qui n’allait pas tarder à réapparaître.  

À cela sont venus s’ajouter les révélations de l’affaire McKinsey, ébranlant une campagne déjà absente. Depuis, le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Si le PNF n’a pas pour le moment donné de détail sur son enquête, ni sur les personnes suspectées, il semble que les investigations se portent sur les pratiques fiscales alors qu’un rapport du sénat affirme que ce cabinet n’a pas payé d’impôt de 2011 à 2020 ; une opération rendue possible par des mécanismes de transferts d’importantes sommes d’argent à la maison mère, dont le siège se situe dans l’État du Delaware, véritable paradis fiscal aux États-Unis.

Voir aussi : Affaire McKinsey : le Parquet national financier a lancé une enquête pour blanchiment aggravé de fraude fiscale

Les élections présidentielles et législatives de 2017 ont fortement modifié le paysage politique français. Depuis l’avènement de la Cinquième République en 1958, le pouvoir était partagé par deux grands partis de droite et de gauche. Cette bipolarité paraissait indestructible même si l’élection présidentielle de 2002 avait montré les premiers signes de faiblesse avec l’élimination au second tour du candidat du Parti socialiste qui avait dû céder sa place à un candidat hors système. Les élections présidentielles de 2007 et de 2012  avaient cependant restitué cette bipolarité.

En 2017, l’arrivée d’Emmanuel Macron et de son parti En Marche provoquent un véritable séisme. Aucun des deux partis traditionnels n’est au second tour.

Après ce naufrage, un nouveau paysage politique s’est dessiné. La nouvelle majorité située au centre s’est vite élargie, attirant élus et électeurs issus à la fois du Parti socialiste et des Républicains, mais également des personnalités issues de l’UDI et du MoDem. Pourtant, les élections qui ont suivi la présidentielle et les législatives ont toutes révélé les faiblesses de LREM qui n'a jamais réussi à s'implanter territorialement via l'élection d'élus locaux. Des dizaines d'élus et de militants ont quitté le navire sans pour autant revenir au Parti socialiste ou chez Les Républicains. 

Aujourd'hui, le parti d'Emmanuel Macron n'a pas réussi ses objectifs initiaux, à savoir unifier une grande partie de la gauche et de la droite pour devenir le grand mouvement transpartisan du centre. Un centre qui apparaît plus que jamais affaibli et qui pourrait être pris en embuscade, si l'on en croit ces enquêtes d'opinion, à la fois par le Rassemblement national et par le candidat de la France Insoumise, troisième homme confirmé par tous les sondages. 

 

À LIRE AUSSI

Image
Dans un bureau de vote de Martres-Tolosane en Haute-Garonne, lors du second tour des élections régionales le 27 juin 2021
Le contrôle citoyen se généralise: une application directe pour le contrôle des élections
Pour mitiger le risque que l’élection soit entachée par la fraude électorale, un contrôle citoyen s’organise pour la première fois en France, une initiative inédite in...
05 avril 2022 - 22:19
Politique
Image
Volodymyr Zelensky Ukraine
Zelensky exhorte les pays européens à cesser toute relation commerciale avec la Russie... sans le faire
Volodymyr Zelensky a exhorté les pays de l’Union européenne, en particulier l’Allemagne, à cesser toutes les relations commerciales avec la Russie. Mais, qu'en est-il ...
05 avril 2022 - 19:25
Politique
Image
Une infirmière administre une dose de vaccin contre le Covid à un enfant à Bastia, en Corse, le 2 février 2022
Covid 19 : le gaspillage impressionnant de doses de vaccins dans le monde
Une enquête internationale révèle qu’au moins 240 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été jetées en raison du dépassement de leur date de péremption, d...
03 avril 2022 - 23:43
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.