Terrorisme - Ce que l'on sait des deux islamistes soupçonnés de vouloir perpétrer un attentat pendant la présidentielle

Terrorisme - Ce que l'on sait des deux islamistes soupçonnés de vouloir perpétrer un attentat pendant la présidentielle

Publié le 18/04/2017 à 13:02 - Mise à jour à 13:11
© GABRIEL BOUYS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

A cinq jours de l'élection présidentielle, deux Français soupçonnés d'un "passage à l'acte imminent" ont été arrêtés à Marseille, ce mardi. Il s’agit de deux anciens détenus de la prison de Sequedin (Nord) radicalisés pendant leur détention.

Deux hommes soupçonnés de préparer un attentat "imminent" ont été arrêtés dans le IIIe arrondissement de Marseille ce mardi 18, à cinq jours de l'élection présidentielle. Les deux suspects, de nationalité française, sont respectivement âgés de 23 et 29 ans et appartiennent à la mouvance islamiste radicale.

Mahiédine M. (29 ans) et Clément B. (23 ans), sont originaires des Hauts-de-France. Les deux hommes se seraient radicalisés dans la prison de Sequedin. Le second serait un converti.

Ils ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste. Selon les informations du Parisien, les deux hommes souhaitaient s'en prendre à un candidat à l'élection présidentielle.

Toujours selon le quotidien, "le plus âgé des deux hommes était connu des services de police et de renseignement pour sa radicalisation. Il avait déjà été condamné pour des violences et des braquages". Tandis que le second, "utilisait sur les réseaux sociaux un nom à consonance tchétchène et était candidat au djihad".

Selon les enquêteurs, les perquisitions réalisées dans le cadre de ce coup de filet ont permi de mettre la main sur une arme de poing, un fusil-mitrailleur et des composants chimiques rentrant dans la composition du TATP (explosif souvent utilisé dans le cadre d'attentat).

Au cours d'un rapide point presse donné à 12h30, Matthias Fekl a expliqué que des opérations de déminage étaient en cours, sans en préciser la localisation. Le ministre de l'Intérieur a souligné que "la menace terroriste n'a jamais été aussi élevée" et que "tout était mis en œuvre pour assurer la sécurité de la présidentielle".

FranceInfo rapporte que la DGSI a récupéré une photo dont l’auteur serait Mahiédine M., sur laquelle on voit un "fusil mitrailleur, associé à la Une du journal Le Monde du 16 mars (sur laquelle on voit François Fillon), un drapeau de l’Etat islamique, et un lot de munitions formant les mots "La loi du talion". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Matthias Fekl a expliqué que des opérations de déminage étaient en cours, sans en préciser la localisation.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-