Terrorisme: Le Roux refuse la perpétuité incompressible, une "peine de mort lente"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Terrorisme: Le Roux refuse la perpétuité incompressible, une "peine de mort lente"

Publié le 23/03/2016 à 20:46 - Mise à jour à 20:47
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Enfermer les terroristes condamnés durant toute leur vie, jusqu'à ce que mort s'ensuive? Contrairement à Manuel Valls, Bruno Le Roux, patron des députés PS, y est fermement opposé: "c'est la peine de mort lente".

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, s'est prononcé ce mercredi 23 contre une peine de perpétuité incompressible en matière de terrorisme, proposée par Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), qu'il associe à "une peine de mort lente".

"C'est la peine de mort lente, en fin de compte cet élément-là", la perpétuité incompressible, a-t-il déclaré sur LCI.

La députée Nathalie Kosciusko-Morizet a prôné la mise en œuvre d'une perpétuité effective après les attentats commis à Bruxelles, qui ont fait une trentaine de morts et 200 blessés. Manuel Valls s'est montré ouvert à cette proposition.

M. Le Roux estime que "nous devrions avoir une peine de sûreté longue (22 ans actuellement, NDLR) avec une capacité de déradicalisation, de réinsertion". Le patron des députés PS a également insisté sur la déchéance de nationalité: "Il faut également des peines très claires en terme de citoyenneté, la déchéance, (...) qui serait un outil de protection, en est une".

M. Le Roux "apparaît une nouvelle fois en complet décalage avec la réalité", a réagi le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau. "L'angélisme habite toujours une partie de la gauche", a-t-il accusé. "Concernant les terroristes, notre droit doit être modifié, il doit s'adapter à l'horreur et prévoir rapidement une condamnation réellement à perpétuité".

Le Sénat a adopté mardi 22 une version modifiée de la révision constitutionnelle, retouchant notamment l'article sur la déchéance de nationalité pour les auteurs d'actes terroristes, ce qui obère les chances de réunir le Congrès. Sénat et Assemblée doivent en effet s'accorder sur un texte conforme pour aller au Congrès et entériner toute révision.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bruno Le Roux a affirmé qu'il faut une "peine de sûreté longue".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-