UMP: Luc Chatel et Laurent Wauquiez disent "non" à Georges Tron

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

UMP: Luc Chatel et Laurent Wauquiez disent "non" à Georges Tron

Publié le 31/03/2015 à 12:08 - Mise à jour à 12:57
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Mis en examen pour viol, George Tron (UMP) a maintenu sa candidature à la présidence du conseil général de l'Essonne malgré le rejet des autres élus de droite du département. Et malgré, également, l'avis des ténors de son parti, dont Luc Chatel et Laurent Wauquiez.

"Il faut être raisonnable", a taclé Luc Chatel ce mardi matin. Alors que l'ancien secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy Georges Tron a annoncé qu'il briguera bien la présidence du conseil départemental de l'Essonne dès dimanche 29, l'UMP semble unanimement opposée à cette candidature d'un homme dont le renvoi aux assises pour viol et agression sexuelle doit être examiné dans quelques jours seulement. Le parti a même désigné un autre candidat "officiel", François Durovray, par un vote des élus départementaux.

"Nous aurons suffisamment de talents autour de la table pour trouver un président qui nous représente dignement", c'est par ses mots que François Durovray avait sèchement désavoué la candidature pressentie de Georges Tron vendredi 27 mars. Une position qui semble partagée jusqu'au plus haut niveau de l'appareil UMP puisque Luc Chatel et même Laurent Wauquiez (le numéro trois du parti) sont montés au créneau pour tenter de ramener Tron à la raison.

"C'est compliqué d'aller se présenter jeudi devant les électeurs alors qu'on n'a soi-même pas été choisi par sa famille politique. A un moment il faut être raisonnable", a ainsi déclaré Luc Chatel sur LCI et Radio Classique. "Il doit respecter le vote des conseillers généraux de l'Essonne", a renchérit ce même mardi Laurent Wauquiez sur i>Télé.

De son côté, monsieur Tron assure qu'il n'a "strictement aucune amertume, strictement aucun sentiment de revanche", après le vote qui l'a désavoué. Pour autant, il a choisi de ne pas en tenir compte et, pour "garder sa liberté de parole", il a donc décidé d'être candidat à la présidence du conseil général de l'Essonne dont la désignation doit avoir lieu jeudi 2. A moins que les sorties des ténors de son parti ne finissent par le faire changer d'avis.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




George Tron a maintenu sa candidature même après que les conseillers départementaux de droite aient voté en faveur d'un autre pour briguer la présidence du conseil.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-