Une dernière rentrée marquée par les réformes pour Najat Vallaud-Belkacem

Une dernière rentrée marquée par les réformes pour Najat Vallaud-Belkacem

Publié le 29/08/2016 à 09:56 - Mise à jour à 10:00
©Erez Lichtfeld/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Mise en œuvre de réformes clé du quinquennat et mesures de sécurité renforcées: la rentrée scolaire de jeudi 1er septembre, la dernière avant la présidentielle, comporte plusieurs changements de taille pour les 12,4 millions d'élèves et leurs 860.000 enseignants.

Avec l'entrée en vigueur de la réforme du collège et des nouveaux programmes du CP à la 3ème, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, qui tiendra sa traditionnelle conférence de presse ce lundi 29, espère que "s'évanouiront d'eux-mêmes les fantasmes et polémiques stériles", qui ont fait florès depuis leur présentation en 2015.

 Il n'empêche: plusieurs syndicats ont d'ores et déjà appelé à la grève le 8 septembre. "Non, l'arabe ne sera pas obligatoire, le latin n'aura pas disparu et la maîtrise de la langue française sera plus que jamais une exigence fondamentale", assure la ministre dans le dossier de presse d'avant-rentrée.

En réponse à la lassitude de nombre d'enseignants face à la ronde des réformes, elle admet que "les changements ont été nombreux" mais juge qu'ils sont "nécessaires". Car le système scolaire français, "s'il assure la sélection des meilleurs, peine à assurer la promotion de tous".

C'est ce que pointent tous les trois ans les résultats de l'étude PISA, qui compare les systèmes éducatifs des pays de l'OCDE: les élèves français ont des scores honorables, mais le collège notamment accroît les inégalités scolaires et la France ne parvient pas à "rattraper" ses élèves les plus faibles.

"Ne nous aveuglons pas", prévient la ministre. La mise en œuvre de ces réformes "prendra du temps" et "se construit dans la durée". Le bilan de Najat Vallaud-Belkacem et de ses prédécesseurs depuis 2012 (Vincent Peillon et Benoît Hamon) sera scruté d'autant plus ces prochains mois que l'éducation avait été désignée comme une priorité de François Hollande.

Reste à savoir si la réforme du collège pourra produire les effets attendus sur la durée, puisque plusieurs candidats des primaires de la droite, dont Nicolas Sarkozy, ont promis de l'abroger s'ils remportent la présidentielle en 2017. La position d'Alain Juppé est plus nuancée.

Face aux critiques traditionnelles de la droite mais aussi de syndicats opposés à la réforme du collège, qui prévoient un affaiblissement de l'apprentissage des fondamentaux, Najat Vallaud-Belkacem martèle que la base de l'école reste le "lire, écrire, compter", auxquels elle ajoute "penser".

Dans un contexte de menaces d'attentats, les ministères de l'Education et de l'Intérieur ont présenté la semaine dernière une série de mesures visant à renforcer la sécurité des établissements scolaires, cités parmi les cibles du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Auprès des élèves, le "parcours citoyen", mis en œuvre il y a un an, vise à "construire un jugement moral et civique" et "acquérir un esprit critique".

Parmi les principales nouveautés de cette rentrée figure la mise en œuvre simultanée de nouveaux programmes, du CP à la 3ème. Ils remplacent ceux conçus en 2008, critiqués pour leur lourdeur, qui les rendait, selon les enseignants, impraticables.

La réforme du collège, très controversée, introduit l'interdisciplinarité (l'enseignement de plusieurs disciplines au sein d'un même cours, par exemple physique-chimie et biologie autour du thème "Comment survivre sur Mars").

Déjà pratiquée par certains enseignants, elle permet, selon une partie de la communauté éducative, de donner plus de sens aux apprentissages. Ses détracteurs y voient un affaiblissement des disciplines, piliers traditionnels du système scolaire français.

La réforme avance d'un an l'enseignement de la deuxième langue vivante, en 5ème, supprime une partie des classes bilangues (deux langues étrangères dès la 6ème) et les options latin et grec, suivies par moins de 20% des élèves de 5ème à la rentrée 2015.

Cette rentrée, l'initiation aux langues et cultures de l'Antiquité sera suivie par 70% des élèves de 5ème et 20% sont inscrits pour l'enseignement de complément des langues anciennes, selon le ministère.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Najat Vallaud-Belkacem fait ce lundi sa dernière rentrée d'un quinquennat marqué par plusieurs grands chantiers dans l'Education.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-