Une enquête pour faux témoignage vise le préfet Lallement et quatre hauts magistrats

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Une enquête pour faux témoignage vise le préfet Lallement et quatre hauts magistrats

Publié le 15/01/2021 à 11:36
© Thomas COEX / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Le préfet de police de Paris une nouvelle fois sous les feux de l’actualité : il est soupçonné d’avoir tenu des propos mensongers sous serment devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les obstacles à l’indépendance du pouvoir judiciaire.
 
Mais Didier Lallement n’est pas le seul incriminé dans l’enquête ouverte cette semaine par le Parquet de Nanterre, puisque celle-ci vise également quatre hauts magistrats : Jean-Michel Hayat, président de la Cour d’appel de Paris, Catherine Champrenault, procureure générale de Paris, Rémy Heitz, procureur de Paris et Eliane Houlette, ancienne procureure du Parquet national financier.
 
Des signalements distincts ont en réalité été regroupés dans un seul et unique dossier, tous transmis au procureur de la République de Paris en septembre dernier par le président de la commission parlementaire, le député insoumis Ugo Bernalicis. 
 
Affaire Fillon et manifestations
 
Certains concernent l’affaire Fillon, d’autres les gilets jaunes et le maintien de l’ordre. On vous laisse deviner dans quel « camp » se trouvent les accusations envers le préfet Lallement. 
Tout en expliquant le « délit d’attroupement » aux parlementaires, et les interpellations qui en découlent, il avait asséné dans la foulée, à propos de manifestations de policiers remontant à juin 2020 :
 
« Je n’ai pas trouvé les organisateurs » 
Rémy Heitz, de son côté, a assuré n’avoir signé aucun document donnant des instructions sur le sort à réserver aux gilets jaunes interpellés, en dépit de la production d’une note interne semblant démontrer le contraire. 
 
Ugo Bernalicis estime que ces propos sont mensongers et qu’il s’agit qui plus est de parjures. C’est désormais au Parquet de Nanterre de décider d’instruire ou de classer l’affaire.
 
Le délit de faux témoignage est passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000€ d’amende.  
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le préfet de police a-t-il menti devant une commission parlementaire ?

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-