Urvoas annonce des programmes de prévention de la radicalisation dans 27 prisons

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 15 juin 2016 - 21:52
Image
Jean-Jacques Urvoas en décembre 2013.
Crédits
©Witt/Sipa
Jean-Jacques Urvoas a annoncé que des programmes de prévention de la radicalisation seront menés dans 27 établissements pénitentiaires.
©Witt/Sipa
A l'Assemblée nationale ce mercredi, Jean-Jacques Urvoas a annoncé que des programmes de prévention de la radicalisation seront menés dans 27 établissements pénitentiaires. Ces programmes seront menés parallèlement au dispositif d'unités dédiées, visant à séparer les détenus radicaux.

Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a annoncé ce mercredi 15 à l'Assemblée nationale que des programmes de prévention de la radicalisation seront menés dans 27 établissements pénitentiaires.

Ces programmes seront menés parallèlement au dispositif d'unités dédiées, visant à séparer les détenus radicaux, et déjà expérimenté dans quatre établissements pénitentiaires et qui donnera lieu à une évaluation, a précisé la chancellerie à l'AFP.

"La radicalisation est un vrai sujet. Il y a aujourd'hui dans les prisons 1.400 radicaux dont 300 ont un lien avec le terrorisme et 100 sont des condamnés", a indiqué le garde des Sceaux, interrogé après le double meurtre d'un policier et de sa compagne lundi soir à Magnanville (Yvelines), revendiqué par l'organisation Etat islamique. Et "nous avons à ce sujet un double travail: la surveillance des radicaux et la déradicalisation", a-t-il ajouté.

Sur le second chantier, nous allons développer un programme de prévention de la radicalisation dans 27 établissements, a annoncé le ministre. "Sur la surveillance (...) 186 personnes sont aujourd'hui dédiées à la question du renseignement pénitentiaire", a indiqué M. Urvoas, pour qui il faut néanmoins "faire beaucoup plus". "Pas forcément en terme de moyens, puisque là l'essentiel a été fait, mais en terme de doctrine, d'outils et surtout de relations avec les autres services", a-t-il expliqué.

Dans le cas du tueur de Magnanville, Larossi Abballa, incarcéré en 2011 dans le cadre d'une filière djihadiste vers le Pakistan, il a estimé que le renseignement pénitentiaire a joué son rôle. "Le meurtrier d'hier (lundi, ndlr) a été suivi. A tel point que le bureau du renseignement pénitentiaire a transmis à deux reprises à la DGSI (sécurité intérieure) et la Sdat (antiterrorisme) tous les éléments", a-t-il indiqué. Le meurtrier d'un policier et de sa compagne avait notamment été signalé pour son prosélytisme en prison.

"Le drame, c'est qu'on ne l'a jamais perdu de vue", a déploré le ministre constatant ainsi les limites du dispositif.

 

À LIRE AUSSI

Image
Une prison.
Terrorisme: la radicalisation islamiste en prison, un phénomène croissant
A la prison de Fresnes (Val-de-Marne), les détenus identifiés comme islamistes radicaux ont étés isolés afin qu'ils ne puissent pas recruter parmi les autres prisonnie...
14 novembre 2014 - 16:49
Politique
Image
l'aéroport de Roissy.
A Roissy, 57 personnes suspectées de radicalisation mises à pied
Les salariés qui travaillent en zone sous douane à Roissy, soit 86.000 personnes, sont contrôlés depuis le mois de janvier par les autorités. Ces enquêtes, qui permett...
28 novembre 2015 - 11:01
Société
Image
Une prison.
Radicalisation en prison: les détenus islamistes liés au terrorisme bientôt isolés dans des quartiers spéciaux
Le ministère de la Justice de Christiane Taubira aurait finalisé son plan de lutte contre la radicalisation en prison, commandé par Manuel Valls après les attentats de...
19 février 2015 - 12:03
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don