Vaccination obligatoire: les opposants privés de la clause d'exemption?

Vaccination obligatoire: les opposants privés de la clause d'exemption?

Publié le 09/08/2017 à 16:14 - Mise à jour à 16:36
©Apotek Hjartat/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors que le gouvernement a annoncé travailler sur l'instauration d'une clause d'exemption pour les parents opposés à la vaccination de leurs enfants, celle-ci pourrait finalement ne pas voir le jour. Elle risquerait en effet d'avoir un effet pervers à l'heure ou convaincre de l'importance de la couverture vaccinale est un défit de santé publique.

L'information ne devrait pas réjouir les opposants à la vaccination systématique dans les écoles. Alors que de nouveaux vaccins doivent être rendus obligatoires en plus de ceux contre la diphtérie, le tétanos et la polio, la clause d'exemption un temps évoquée pourrait disparaître du projet.

Selon Le Parisien, la ministre de la Santé Agnès Buzyn aurait dans l'idée de ne pas mettre en place cette mesure destinée à satisfaire les anti-vaccins. En effet, la défiance envers la vaccination prend de l'ampleur depuis quelques années. Certains jugent que l'enfant a plus de chance de développer ces maladies devenues rares en se faisant vacciner, d'autres mettent en avant la dangerosité supposée de certains composés.

Face à cette fronde, offrir la possibilité aux parents de refuser le vaccin pour leur enfant au nom de leurs convictions personnelles avait donc été évoqué. Mais selon l'entourage de la ministre cité par le quotidien, l'opposition de cette clause d'exemption aux impératifs de santé publique aurait mis du plomb dans l'aile du projet.

En effet, la justice a déjà validé l'idée que cette obligation s'impose non pas pour la santé de l'enfant mais pour celle de tous, puisque l'efficacité d'un vaccin dépend du nombre de personnes concernées. Une telle clause irait également à l'encontre du message des autorités sanitaires et du gouvernement qui cherchent à améliorer la couverture vaccinale.

Par ailleurs, la question de la définition de ces "convictions personnelles" se pose. Si une simple défiance suffisait pour invoquer une clause d'exemption, celle-ci risquerait de réduire les effors des pouvoirs publics à néant. En effet, si les militants contre la vaccination systématique restent peu nombreux, la méfiance de la population est passée de 10% en 2005 à 40% en 2010 selon l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Près de la moitié des Français se méfieraient des vaccins.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-