Valls reproche à une partie de l'opposition d'être dans une "trumpisation" des esprits

Valls reproche à une partie de l'opposition d'être dans une "trumpisation" des esprits

Publié le 25/07/2016 à 12:14 - Mise à jour à 12:16
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls a reproché ce lundi à "une partie de la droite" d'utiliser les mêmes méthodes que le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump. "Je ne veux pas que mon pays ressemble à M. Trump et à un discours de haine", a déclaré le Premier ministre.

Manuel Valls a réaffirmé ce lundi 25 qu'il ne voulait pas que la France "ressemble à M. Trump" reprochant à "une partie de la droite" d'utiliser les mêmes méthodes que le candidat républicain à la Maison Blanche, et notamment "l'outrance" à l'approche des primaires. "Je ne veux pas que mon pays ressemble à M. Trump et à un discours de haine", a déclaré le Premier ministre sur RMC/BFMTV, en référence à Donald Trump, aux propos souvent provocateurs.

Face à la polémique sur le dispositif policier le soir de l'attentat de Nice, il a mis en avant la nécessité de "la concorde nationale" et du "rassemblement démocratique". Le chef du gouvernement a appelé à "en finir avec ces petites polémiques, cette bassesse dans la politique qu'on connait aujourd'hui, tout ça pourquoi? Parce qu'il y a des primaires, parce qu'il y a une élection présidentielle, parce que tous les coups sont permis".

Lors des débats au Parlement sur la prolongation de l'état d'urgence pour six mois la semaine dernière, "une partie de la droite" a "mis en cause la Constitution, les principes, les valeurs, l'Etat de droit, la démocratie", ce qui est "exactement ce que cherche le terrorisme", a-t-il dénoncé.

Appelant "chacun à se reprendre", il a jugé que "c'est exactement la même méthode" que ce qui se passe aux Etats-Unis avec Donald Trump: "la violence politique, l'outrance, la mise en cause de la démocratie, les accusations lancées à l'emporte-pièce, la calomnie", reprochant à une partie de l'opposition d'être dans "une +trumpisation+ des esprits".

"Je ne demande pas l'unité pour le gouvernement, je demande l'unité pour faire bloc contre le terrorisme", a-t-il insisté, soulignant que "le débat démocratique ne s'arrête pas" et dénonçant une "polémique purement politique" autour de la sécurité à Nice. "Cette idée du complot, du mensonge", cette "idée au fond que l'Etat ment, a quelque chose à cacher alimente le doute, fracture l'état de droit", a-t-il ajouté, estimant que "tout cela est indigne".

Mi-juillet, dans le JDD, le Premier ministre avait déjà jugé que face à la menace du groupe Etat islamique, la réponse ne pouvait "pas être la +trumpisation+ des esprits".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls a reproché ce lundi à "une partie de la droite" d'utiliser les mêmes méthodes que le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-