Valls toujours derrière Hollande pour 2017

Valls toujours derrière Hollande pour 2017

Publié le 03/04/2016 à 14:17 - Mise à jour à 14:19
©Gonzalo Fuentes/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls a renouvelé ce dimanche son soutien à François Hollande, assurant qu'il était le seul candidat légitime pour 2017. Le Premier ministre a également dit souhaiter voir bouger les lignes politiques pour "transcender les clivages".

Le Premier ministre Manuel Valls exprime un soutien sans faille au chef de l'Etat en vue de la présidentielle de 2017, assurant dans Le Journal du dimanche qu'il n'y a "pas d'alternative à François Hollande à gauche".

Dans des propos rapportés par le JDD, le chef du gouvernement redit son désir de faire bouger les lignes entre la gauche et la droite: "il faut montrer qu'on va faire de la politique autrement. Il faut transcender les clivages. Dans un paysage politique décomposé, il faudra recomposer".

Déplorant l'échec récent faute de consensus parlementaire du projet de révision constitutionnelle, qu'avait proposé François Hollande après les attentats parisiens de novembre 2015, Manuel Valls assure qu'"il va falloir tendre la main" à la droite. "Ce n'est pas trahir, c'est se grandir. Et quand la droite refuse, comme elle l'a fait cette semaine, il faut recommencer", insiste-t-il.

Selon le Premier ministre, "la menace terroriste, la crise des réfugiés, les risques pour l'Europe doivent être assumés, saisis, portés" et "seront au cœur de l'élection présidentielle" de 2017. "Seule la gauche est capable d'aider le pays à affronter ces défis", assure-t-il.

Alors que l'idée d'une primaire est défendue par de nombreuses personnalités à gauche, M. Valls se prononce pour une candidature de François Hollande sans passer par la primaire. "François Hollande est la voix de l'intérêt général. Celui qui doit incarner cette parole, c'est celui qui a été élu par les Français, qui est président et candidat, s'il le décide. La logique, c'est qu'il soit candidat puisqu'il est président", argumente le Premier ministre. "Je ne vois pas d'alternative à François Hollande à gauche", martèle-t-il encore, jugeant le chef de l'Etat "lucide et combatif".

Pour Manuel Valls, "beaucoup de choses vont se jouer avant l'été. Il doit agir, nommer les choses, emmener le pays, lui proposer un chemin. La capacité de François Hollande à incarner ce chemin, je la crois intacte et je serai à ses côtés", conclut Manuel Valls.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls considère que "tendre la main" à la droite "ce n'est pas trahir, c'est se grandir".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-