Violences policières: Mélenchon exige la démission de Castaner

Violences policières: Mélenchon exige la démission de Castaner

Publié le 28/01/2019 à 12:42 - Mise à jour à 12:54
© Christophe SIMON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Après un Acte 11 marqué par de nouvelles violences policières, Jean-Luc Mélenchon a réclamé la démission de Christophe Castaner dimanche. Il a estimé que le ministre de l'Intérieur "est incapable de faire face à l'organisation de la paix publique". 

Les violences policières qui ont émaillées l'Acte 11 des Gilets jaunes, et notamment la blessure de Jérôme Rodrigues place de la Bastille, ont provoqué beaucoup de réactions politiques. Dimanche, invité de l'émission Dimanche en politique, Jean-Luc Mélenchon a apporté son soutien sans faille au leader de la contestation qui pourrait perdre un œil et a réclamé la démission de Christophe Castaner.

Revenant sur les violences policières, le chef de file des Insoumis a expliqué ne pas cibler en particulier les forces de l'ordre. "On met en cause les policiers eux-mêmes, individuellement, ceux qui tirent etc... et de toute façon l'Inspection de la police va le faire. Mais dans une République, c'est le pouvoir politique qui assume la responsabilité", a-t-il expliqué.

 "Le ministre Castaner est incapable de faire face à l'organisation de la paix publique et donc il doit s'en aller", a fait savoir le leader des députés insoumis à l'Assemblée nationale. Et d'ajouter: "Nous avons déjà dit qu'il avait outrepassé ses fonctions quand il a menacé tous les Français qui voulaient aller aux manifestations (...) le ministre de l'Intérieur ne peut pas faire obstacle à un droit constitutionnel".

Lire aussi - Jérôme Rodrigues visé "délibérément" par "le policier mandaté par Macron et son chien Castaner"

Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nunez, a affirmé dimanche qu'il n'y avait "aucun élément" permettant d'affirmer que Jérôme Rodrigues, une figure des gilets jaunes blessée samedi à l'œil, avait été touché par un tir de lanceur de balles de défense (LBD). "Je n'ai aucun élément qui me permet de dire qu'il y a eu un usage d'un LBD qui aurait touché M. Rodrigues", blessé place de la Bastille, a affirmé M. Nunez sur LCI.

Il a en revanche confirmé l'utilisation d'une grenade de désencerclement au même moment, s'appuyant sur le rapport d'un policier ayant lancé ce projectile.

Deux enquêtes, dont une judiciaire, ont été ouvertes après cette blessure, dont les investigations ont été confiées à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN). L'avocat de Jérôme Rodrigues, Philippe de Veulle, avait affirmé dimanche matin sur BFMTV que son client avait été blessé par un tir de LBD.

Le projectile ramassé par des témoins sera "mis à disposition" de l'IGPN pour faire la lumière sur les circonstances de cette blessure. Cette blessure est intervenue le jour où face à la polémique sur les lésions graves causées par les LBD 40 - qui ont remplacé les Flash-balls dans l'arsenal policier - le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait décidé d'équiper pour la première fois de caméras-piétons les forces de l'ordre dotées de ces armes dites "intermédiaires".

Voir:                                                                                                     

Blessure à l'oeil du "gilet jaune" Jérôme Rodrigues: ce que l'on sait

Blessure de Jérôme Rodrigues: "Aucun élément" ne permet de dire qu'il y a eu un tir de LBD, selon Laurent Nunez

Acte 11 à Paris: Jérôme Rodrigues, leader Gilet jaune et proche d'Eric Drouet, blessé par la police (vidéo)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Face aux violences policières, Jean-Luc Mélenchon a réclamé la démission de Christophe Castaner.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-