Violences à Rennes: "on ne les laissera pas manifester" ce samedi, prévient le préfet

Violences à Rennes: "on ne les laissera pas manifester" ce samedi, prévient le préfet

Publié le 14/05/2016 à 12:24 - Mise à jour à 12:25
©Patrick Hertzog/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Au lendemain de manifestations violentes à Rennes, la préfecture se montre très ferme et prévient qu'elle ne laissera pas un nouveau rassemblement se constituer ce samedi. Les autorités s'attendant à de nouveaux affrontements et ont appelé les habitants à "éviter le centre-ville" toute l'après-midi.

Le préfet par intérim d'Ille-et-Vilaine a recommandé ce samedi 14 au matin aux habitants de la ville de Rennes "d'éviter le centre-ville" l'après-midi, où devrait se dérouler une manifestation "contre les violences policières" pourtant interdite par les autorités.

"Il vaudrait mieux éviter le centre-ville cet après-midi", a déclaré Patrick Dallennes lors d'un point-presse. Au moins 700 personnes sont attendues, "on est sur cette estimation, on s'attend à ce que ce soit plus", a indiqué M. Dallennes, précisant que cinq personnes avaient été interpellées après de nouveaux incidents vendredi 13 au soir dans la ville.

Alors que les abords de l'esplanade Charles-de-Gaulle, où la manifestation est prévue en milieu de journée, sont entourés de très nombreux cars de police ou de gendarmerie, y compris de canons à eau, M. Dallennes a mis en garde les organisateurs contre la tentation de passer outre à l'arrêté d'interdiction. "On ne les laissera pas manifester, cette manifestation n'aura pas lieu. On fera respecter la loi, on fera respecter l'état de droit", a martelé M. Dallennes, préfet intérimaire et préfet délégué pour la zone de défense et de sécurité ouest. "La réponse sera très ferme. Tous ceux qui commettent des dégradations et des actes violents seront interpellés chaque fois qu'on pourra le faire" et déférés à la justice, a-t-il prévenu.

Selon la police, près de 500 hommes sont prêts à intervenir pour arrêter d'éventuels contrevenants. Deux hélicoptères et quatre canons à eau ont en outre été mobilisés. A propos des incidents de vendredi soir, lorsque de nombreux commerces et bâtiments publics ont été dégradés selon lui par quelque 300 casseurs, M. Dallennes a expliqué la relative discrétion des forces de l'ordre par le fait que les manifestants avaient mis au point "une tactique de guerilla urbaine", avec des petits groupes très mobiles s'en prenant en peu de temps à différentes cibles.

La nuit et la destruction par les manifestants de plusieurs caméras de surveillance ont en outre rendu les forces de l'ordre "aveugles pour une partie de la ville", a-t-il expliqué. "Les moyens que le ministre (de l'Intérieur Bernard Cazeneuve) nous a accordés n'ont pas été suffisants pour faire face à cette opération commando", a reconnu le préfet par intérim.

Depuis deux mois, Rennes a été le théâtre de manifestations parfois violentes contre la loi travail, un jeune manifestant ayant perdu l'usage d'un œil le 28 avril suite à un jet de projectile. Certains manifestants ont imputé cette blessure à un tir de Lanceur de balles de défense (LBD40) de la police. Une enquête, ouverte par le parquet et confiée à l'IGPN (inspection générale de la police nationale) est en cours pour déterminer l'origine exacte du projectile.

"Rennes et Nantes n’ont pas vocation à devenir un champ de bataille pour casseurs violents, animés par la haine de l’État et de la République", a déclaré vendredi Bernard Cazeneuve.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des centaines de policiers étaient mobilisés et déjà sur place, ce samedi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-