Vœux aux forces de sécurité: l'hommage de Hollande aux policiers tués lors des attentats

Vœux aux forces de sécurité: l'hommage de Hollande aux policiers tués lors des attentats

Publié le 07/01/2016 à 12:13 - Mise à jour à 12:14
©Martin Bureau/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

François Hollande a présenté ses vœux aux forces de l'ordre, ce jeudi matin, un an jour pour jour après l'attentat contre la rédaction de "Charlie Hebdo" et l'Hyper Cacher. Le chef de l'Etat, qui a défendu son projet de voir l'état d'urgence inscrit dans la constitution, a rendu hommage aux policiers tombés sous les balles les 7 et 8 janvier 2015.

Son discours était attendu. François Hollande a rendu hommage ce jeudi, un an après la tuerie de Charlie Hebdo, aux trois policiers tués lors des attentats parisiens de janvier 2015, Clarissa Jean-Philippe, Frank Brinsolaro et Ahmed Merabet, "morts pour que nous puissions vivre libres".

"Je l'affirme une nouvelle fois ici. Nous ne les oublierons jamais. Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres", a déclaré le chef de l'Etat lors de ses voeux aux forces de sécurité à la préfecture de police de Paris, reprenant les mêmes mots qu'il avait employés le 7 janvier de l'année dernière.

"La mise en œuvre" de l'état d'urgence, déclenché le soir des attentats du 13 novembre (130 morts) et prolongé de trois mois par le Parlement, "a permis d'effectuer des perquisitions administratives qui ont mis au jour 25 infractions en lien direct avec le terrorisme" et "donné lieu à la saisie de 400 armes dont 40 de guerre", a affirmé le président de la République lors de ses voeux aux forces de sécurité.

"L'état d'urgence, dans une démocratie qui veut se défendre mais qui veut aussi défendre ses libertés, n'a pas vocation à durer. Il obéit à des conditions déterminées. Et son régime juridique repose sur une loi d'ailleurs ancienne, de 1955, qui ne pouvait pas prévoir les actes qui sont indispensables face à la situation d'aujourd'hui", a poursuivi François Hollande, dans la cour de la Préfecture de police de Paris, un an jour pour jour après l'attentat contre Charlie Hebdo.

"C'est la raison pour laquelle j'ai proposé d'inscrire l'état d'urgence dans notre Constitution pour préciser les moyens qui pourraient être utilisés dans ce cadre et définir les raisons qui pourraient justifier son déclenchement. Car nos libertés doivent être garanties. La lutte qui doit être menée contre ceux qui veulent les attaquer, ces libertés, ne saurait justifier de les amoindrir. La France sait ce qu'elle perdrait à négliger les valeurs qui la fondent", a développé le chef de l'Etat.

L'inscription de l'état d'urgence dans la Loi fondamentale est un des deux articles du projet de révision constitutionnelle proposé par François Hollande devant le Congrès, cinq jours après les attentats de novembre.

François Hollande a demandé une "parfaite concertation" entre police, gendarmerie, renseignement et militaires et la "mise en commun" des informations, pour faire face à la menace terroriste, lors de ses voeux aux forces de sécurité.

"Face à de tels adversaires, il est essentiel que chaque service – police, gendarmerie, renseignement, militaires – travaille en parfaite concertation, dans la plus grande transparence, et qu'ils mettent en commun toutes les informations dont ils disposent", a déclaré le président de la République.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres", a déclaré François Hollande.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-