Vol d'explosif à Miramas: plan d'urgence pour protéger les sites de l'armée

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Vol d'explosif à Miramas: plan d'urgence pour protéger les sites de l'armée

Publié le 30/07/2015 à 15:51 - Mise à jour à 16:01
©Romuald Meigneux/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

L'armée française va prendre une série de mesures d'urgence pour mieux sécuriser ses sites de munitions et construire dès 2016 des dépôts plus modernes, après un vol spectaculaire d'explosifs à Miramas.

Le vol d'explosif survenu dans la nuit du 5 au 6 juillet sur un site militaire de Miramas dans les Bouches-du-Rhône a fait réagir l'armée française. La Grande muette a annoncé ce jeudi le déploiement d'un plan d'urgence afin de renforcer la protection des sites militaire sensibles, notamment ceux renfermant des munitions et des explosifs.

Ce plan vise d'abord à renforcer les systèmes de sécurité déjà existants (barbelés, vidéosurveillance, accès) et devrait permettre le déploiement permanent d’une centaine de soldats supplémentaires assignés à la protection d'une dizaine de sites majeurs.

Ensuite, début 2016, les magasins de stockage vont progressivement être reconstruits, une dépense estimée à 60 millions d’euros pour cette seule année. Le ministère de la Défense a par ailleurs engagé une évaluation plus globale de la protection de l’ensemble de ses installations militaires au vu des nouvelles menaces terroristes.

Au total ce sont 76 détonateurs, dix pains de plastic de 250 grammes chacun, 66 bouchons-allumeurs de grenades et 40 "corps de grenades" (partie de la grenade qui contient l'explosif, sans le système d'allumage) qui ont été dérobés sur un site militaire à Miramas dans la nuit du 5 au 6 juillet.

"Le constat est accablant à Miramas", a-t-on souligné dans l’entourage de Jean-Yves Le Drian en évoquant un "cocktail de responsabilités individuelles et une organisation collective largement perfectible".

Le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, doit aussi annoncer des "sanctions à l'encontre de deux à quatre personnes", a expliqué une source du ministère. À Miramas, le chef du centre de munitions ne savait pas à qui s'adresser, dans une série de "chaînes de décision complexes", pour faire réparer un trou dans le grillage par lequel les malfaiteurs sont entrés.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des effectifs supplémentaires seront deployés sur les sites militaires à risques

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-