Xavier Bertrand renonce à la primaire pour se consacrer à sa région

Xavier Bertrand renonce à la primaire pour se consacrer à sa région

Publié le 15/12/2015 à 09:23 - Mise à jour à 09:52
©Gonzalo Fuentes/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Elu dimanche 13 à la tête de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, l'ancien ministre Xavier Bertrand a annoncé lundi renoncer à se présenter à la primaire de la droite et du centre en vue de la présidentielle de 2017. Sur France 2, il a également indiqué quitter ses fonctions de député de l'Aisne et de maire de Saint-Quentin afin de se consacrer à sa région.

Xavier Bertrand (Les Républicains), élu dimanche 13 dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie où il a battu Marine Le Pen, ne sera finalement pas candidat à la primaire de droite et du centre en vue de 2017. Cette décision est "irrévocable", a-t-il annoncé lundi 14 sur France 2, indiquant également qu'il quittait ses fonctions de député de l'Aisne et de maire de Saint-Quentin.

Premier à se déclarer à la primaire en septembre 2012, il a expliqué: "cette campagne que j'ai menée pendant presque une année, où j'ai rencontré la colère des gens, le sentiment d'abandon (...) la misère, je l'ai prise comme un coup de poing en pleine figure. Et ça a changé à jamais ma façon de faire de la politique".

"C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de me consacrer pleinement à la région. Je ne me sens pas légitime pour participer à cette primaire parce que j'ai été ministre et j'ai entendu le message pendant toute cette campagne: +vous avez été ministre, qu'est-ce que vous avez fait?+", a-t-il poursuivi."Ces trente dernières années, la classe politique a failli. Il y a bien une faillite collective. J'ai fait partie de cette classe politique. Aujourd'hui, je demande à être jugé sur ce que je vais faire à la tête de la région en m'occupant des gens et en m'y consacrant à 100%".

"Je vais être à la tête avec plus de devoirs que de droits d'une région de plus de six millions d'habitants, qui a un passé industriel formidable et qui a un avenir industriel. Je veux montrer qu'on peut faire reculer le chômage, améliorer la vie quotidienne, le transport, la garde d'enfants, améliorer la sécurité, donner de l'espoir aux enfants. Si je réussis à faire mes preuves, les gens se diront que je mérite peut être mieux que l'image des politiciens parisiens", a-t-il également affirmé.

Car Xavier Betrand est dégoûté par les querelles politiciennes qui se trament dans la capitale. "Regardez le spectacle de ma famille politique, où la seule réponse apportée à cela, c'est l'organigramme des Républicains ou la date de la primaire. Mais mon Dieu! Qu'ils se réveillent ou alors on va vers une catastrophe politique", a-t-il dit alors que le parti de Nicolas Sarkozy vient d'annoncer l'éviction de sa vice-présidente Nathalie Kosciusko-Morizet.

La décision de Xavier Bertrand survient alors que l'ancien ministre, d'origine picarde, avait déjà annoncé s'être détaché des tenors de son parti il y a quelques mois. "Le système ne m’a jamais accepté", avait-il en effet expliqué au Monde fin septembre. "J’ai toujours senti une forme de mépris à mon égard de la part de beaucoup de ténors politiques. Quand en 2012, j’ai été réélu député de justesse, après qu’on m’a collé l’étiquette de Parisien, ça a créé un déclic: depuis, j’ai décidé de totalement assumer mon enracinement provincial".  Puis, interrogé début décembre sur les régionales par BFMTV-RMC, il avait ensuite fustigé la politique nationale qui "ne pense qu'à son nombril""On a été infoutus de sortir des gens du chômage et de l'insécurité et on va leur dire ce qu'ils doivent faire dans l'isoloir? (...)Tout le monde connait mes idées, mais cette campagne (régionale, NDLR), je l'ai voulue locale. Et comme dans mes meetings il n'y a pas beaucoup de caméras, ça intéressait moins (les leaders nationaux). C'est l'échec d'une politique qui veut plaire dans les salons parisiens", s'était-il alors insurgé.  

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Xavier Bertrand veut faire de la politique différemment.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-