Zone fumeurs dans les lycées: les proviseurs jugent "surréalistes" les propos de Belkacem

Zone fumeurs dans les lycées: les proviseurs jugent "surréalistes" les propos de Belkacem

Publié le 14/04/2016 à 19:32 - Mise à jour à 19:34
©Christian Hartmann/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suites aux propos tenus par Najat Vallaud-Belkacem, qui souhaite que les lycéens ne fument plus ni à l'intérieur ni devant l'établissement en période de risque d'attentats, le principal syndicat de proviseurs a tenu à réagir. "C'est une réponse absolument surréaliste", a regretté le secrétaire général du SNPDEN-Unsa.

Le principal syndicat de proviseurs a jugé ce jeudi 14 "surréalistes" les propos tenus la veille par Najat Vallaud-Belkacem, selon laquelle en période de risque d'attentats il fallait demander aux lycéens de ne pas fumer. Le SNPDEN-Unsa s'était déjà inquiété auprès du Premier ministre de consignes contradictoires après les attentats de novembre.

Les ministères de l’Éducation nationale et de l'Intérieur avaient demandé aux proviseurs dans une circulaire d'éviter les attroupements devant les établissements, écrivant qu'"en lycée, des zones spécifiques peuvent être aménagées au sein des établissements scolaires dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves ne sortent du lycée pendant les interclasses". Le ministère de la Santé avait cependant refusé toute exception.

Mercredi, jour d'un premier procès contre la création de zones fumeurs dans un lycée des Hauts-de-Seine, la ministre de l’Éducation avait déclaré que "fumer est interdit au sein des établissements scolaires. Donc, ça n'est pas parce que nous cherchons à éviter les attroupements (...) qu'il faut permettre aux élèves de fumer à l'intérieur des lycées". "L'instruction doit donc être passée clairement: pendant cette période de mesures de sécurité renforcées, il doit être demandé aux lycéens tout simplement de ne pas fumer", avait-elle ajouté à la sortie du Conseil des ministres.

Cette déclaration de la ministre est jugée "peu élégante" par les proviseurs, a indiqué jeudi Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN-Unsa, lors d'une conférence de presse. "Ses propres personnels sont traduits en justice pour avoir appliqué sa circulaire et la réponse, c'est il ne faut pas qu'ils (les élèves, NDLR) sortent, mais il ne faut pas qu'ils fument dedans non plus. Bon sang mais c'est bien sûr, comment on n'y a pas pensé depuis 2006, il faut leur dire de ne pas fumer", a-t-il ironisé.

"C'est une réponse absolument surréaliste! Que visaient les zones spécifiques de la circulaire, si ce n'étaient pas les fumeurs?" a-t-il ajouté. "On nous demande tout et son contraire, ça c'est typique", a poursuivi M. Tournier, dont le syndicat a lancé le 22 mars une alerte sociale, dénonçant "l'écart croissant" entre "les intentions affichées par la ministre, dans lesquelles se reconnaissent largement les personnels de direction, et le fonctionnement réel de l'institution".

Il a regretté que le ministère renvoie aux décisions locales des sujets qui relèvent selon lui de décisions de politique nationale, comme par exemple la question de l'accompagnement de sorties scolaires par des mères voilées.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ca n'est pas parce que nous cherchons à éviter les attroupements (...) qu'il faut permettre aux élèves de fumer à l'intérieur des lycées", a-t-elle notamment déclaré.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-