Alep sous les bombes: un mince espoir de trêve pour les civils qui redoutent les massacres

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Alep sous les bombes: un mince espoir de trêve pour les civils qui redoutent les massacres

Publié le 14/12/2016 à 20:54 - Mise à jour à 20:57
©George Ourfalian/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors que les troupes de Bachar al-Assad ont presque totalement repris la ville martyre d'Alep aux rebelles syriens, les civils payent le drame humanitaire qui s'y joue. La trêve négociée par la Russie et la Turquie pour les évacuer a volé en éclat sous les bombes. Et même si les discussions et appels au cessez-le-feu persistent, l'espoir en la diplomatie internationale semblait bien mince ce mercredi.

La ville d'Alep semblait au centre du monde ce mercredi 14, alors que les forces de Bachar al-Assad s'attaquaient aux dernières poches de résistance rebelles. Mais c'est surtout le sort des civils qui était au coeur des préoccupations, démontrant tristement l'impuissance de la communauté internationale à imposer un cessez-le-feu humanitaire.

Une nouvelle fois, une trêve devait permettre aux civils de quitter les zones encore sous le contrôle des forces hostiles au régime syrien. Mais une nouvelle fois, celui-ci n'a pas tenu malgré les appels à un cessez-le feu humanitaire, notamment celui de François Hollande. Le président de la République a déclaré ce mercredi: "une aide et une protection immédiates et sans condition doivent être apportées à tous les habitants de la partie orientale d’Alep, sans discrimination et conformément au droit humanitaire international".

Les habitants de la deuxième ville de Syrie, symbole d'une guerre civile vieille de plus de cinq ans, ont eu l'espoir d'être évacués dans la nuit de mardi à ce mercredi. Mais ils n'ont finalement pu que chercher à se mettre à l'abris des tirs et bombardements. La Russie et la Turquie (qui soutient les rebelles syriens) ont respectivement accusé l'autre camp d'avoir rompu cette trêve.

Une chance d'arriver à une telle évacuation semblait cependant subsister ce mercredi soir. Selon plusieurs sources, Moscou et Ankara poursuivraient leurs discussions. Recep Tayyip Erdogan a par ailleurs annoncé qu'il reparlerait dans la soirée avec Vladimir Poutine pour tenter de sauver la trêve. Selon Médecins du monde, "environ 100.000 personnes sont encore piégées sur un territoire de 5 km carrés" à Alep.

Symbole de résistance acharnée, Alep est aussi devenu celui d'un drame humanitaire et désormais de crimes de guerre. L’ONU a annoncé mardi que les forces du régime ont massacré au moins 82 civils en deux jours, dont 13 femmes et 11 enfants. Une situation dont s'est alarmé le secrétaire générale des Nations Unies, Ban Ki-moon lundi soir. Plus de 50.000 civils seraient menacés par les exactions de soldats et miliciens loyalistes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les derniers bastions rebelles et les civils qui n'ont pu évacuer Alep sont sous les bombes syriennes faute d'une trêve humanitaire.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-