Alep: une évacuation difficile pour un avenir incertain

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Alep: une évacuation difficile pour un avenir incertain

Publié le 21/12/2016 à 16:42 - Mise à jour à 16:58
©Photo AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'évacuation d'Alep s'est poursuivie ce mercredi dans des conditions très difficiles, le froid et la neige s'ajoutant à la détresse de la population. Des milliers de civils attendent encore de quitter la ville pour la province d'Idlib, probable prochaine cible des troupes de Bachar al-Assad.

Quelque 25.000 personnes ont pu quitter les quelques kilomètres carrés d'Alep encore sous contrôle rebelle depuis le début de la trêve jeudi dernier, selon La Croix-Rouge. Mais des milliers restent à évacuer. Qu'elles attendent de partir ou qu'elles aient déjà quitté la ville martyre, la situation de ces populations reste particulièrement précaire.

Car si les combats ont cessé suffisamment longtemps pour qu'un corridor humanitaire soit mis en place et que des observateurs de l'ONU ont finalement pu être envoyés sur place, les conditions de l'évacuation restent très difficiles.

Les ONG et coordinateurs doivent en effet prendre en charge de nombreux blessés et des civils qui ont tout perdu après quatre ans de bataille et des semaines de bombardement intenses. Sans compter des mauvaises conditions météo. Car c'est sous la neige et par des températures négatives que des civils souffrant de la faim ont quitté ce qu'il reste de la deuxième ville de Syrie.

Cité par The Evening Standard , le directeur de l'ONG Medics under fire relate ainsi qu'au moins quatre bébés sont morts de froid alors que la température est de -5 degrés. Il évoque également le cas de personne gravement blessées mais trop mal nourries pour pouvoir être opérées dans les hopitaux de campagne.

Même s'il est difficile d'établir un chiffre précis, ce sont plusieurs milliers de personnes qui espèreraient encore pouvoir quitter la ville. Car les trêves humanitaires en Syrie et en particulier à Alep ont à plusieurs reprises montré leur fragilité. De plus, les forces loyales à Bachar al-Assad attendent la fin de l'évacuation pour "nettoyer" les derniers quartiers qui échappent encore à leur contrôle et ainsi pouvoir proclamer leur victoire sur ce symbole de la résistance rebelle.

De plus, la province d'Idlib vers laquelle se dirige les convois ne constitue pas un havre de paix et de sécurité. Sous contrôle rebelle, cette région a vu de nombreux déplacés affluer des zones reprises par le régime syrien ces derniers mois et peine à subvenir à leurs besoins. Non seulement des combats y ont lieu (les rebelles y assiègent plusieurs villages majoritaire chiite), mais la population craint qu'Alep conquise, le dictateur syrien ne concentre ses forces sur cette province. Les évacués redoutent donc d'avoir troqué un enfer pour un autre.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Environ 25.000 civils ont pu quitter Alep depuis jeudi dernier, mais leur calvaire n'est pas terminé.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-