Armes chimiques en Syrie : la BBC reconnaît ses manquements déontologiques

Armes chimiques en Syrie : la BBC reconnaît ses manquements déontologiques

Publié le 20/09/2021 à 09:18
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le 20 novembre 2020, la BBC Radio 4 a diffusé un reportage de sa journaliste Chloe Hadjimatheou, intitulé “Mayday: The Canister on the Bed”, concernant des allégations parues dans la presse occidentale selon lesquelles le gouvernement élu de la Syrie aurait déployé des armes chimiques contre la ville de Douma en 2018. Suggérant que le lanceur d'alerte qui mettait en cause cet usage d'armes chimiques était instrumentalisé et motivé par l'appât du gain, ces propos ont été condamnés par la chaîne.

Chloe Hadjimatheou avait interviewé un lanceur d'alerte, ex-inspecteur de l'Organisation pour l'Interdiction des armes chimiques (OIAC), pseudonyme “Alex”. Celui-ci ayant exprimé ses préoccupations concernant les conclusions de l'OIAC, la journaliste avait insinué qu'il était mû par l'offre d'une récompense de $100.000 de la part de WikiLeaks en échange d'informations concernant l'incident à Douma, et qu'il avait choisi de s'exprimer exclusivement auprès de reporters favorables à la Russie et au gouvernement syrien conduit par Bachar el-Assad.

Peter Hitchens, écrivain et célèbre polémiste, dont le blog politique sur The Daily Mail est peut-être le plus lu d'Angleterre, avait déposé une plainte formelle contre les rédacteurs du programme auprès de l'Executive Complaints Unit (instance de réclamations, équivalent du médiateur de France TV) de la BBC. M. Hitchens, dont l'exubérance rhétorique ne fait que légèrement voiler un puissant engagement moral, considérait que Chloe Hadjimatheou avait violé les normes de déontologie journalistique et que son reportage était inexact.

Le 2 septembre 2021, après une instruction qui a duré dix mois, l'Executive Complaints Unit a jugé que le sujet de la journaliste avait effectivement lancé des insinuations sans fondement adéquat et méconnaissait les normes d'exactitude que le public était en droit d'exiger dans un tel contexte.

On se souviendra que le 14 avril 2018, les États-Unis, l'Angleterre et la France lançaient des raids aériens contre la Syrie sous prétexte humanitaire – selon les coalisés, dans la lutte contre Daech, le gouvernement élu de la Syrie aurait déployé des armes chimiques contre la ville de Douma. Les raids avaient été précédés d'une campagne de propagande calquée sur celle relative aux supposées armes de destruction massive (les ampoules de lessive agitées à l'ONU en 2003 par Colin Powell) et étaient censés aboutir au même résultat qu'en Irak : rayer la Syrie de la carte.

En réalité, en 2014, la Syrie avait déjà permis la destruction par la mission OIAC/ONU de toutes ses armes chimiques. Et concernant l'affaire de Douma, des centaines d'articles de presse sont parus, certains accusant les Casques Blancs de James Le Mesurier de l'avoir mise en scène.

Peter Hitchens a déclaré : “Pour la BBC qui ne prend pratiquement jamais une décision d'auto-critique, cette décision est un évènement... Il s'agit d'une victoire importante pour la vérité. C'est la poursuite de la vérité scientifique qui motivait les lanceurs d'alerte de l'OIAC… ceux-ci, conscients du préjudice que leurs actions causeraient à leur carrière, ont décidé d'intervenir néanmoins.” M. Hitchens a ajouté que la BBC doit maintenant se pencher sur le scandale survenu dans l'OIAC elle-même : la distorsion de ses conclusions initiales suite aux pressions des coalisés cherchant l'assaut.

Soulignons que la BBC fait partie de la Trusted News Initiative (TNI), fondée en 2020 pour combattre la “désinformation” en matière électorale, et la désinformation concernant la Covid et les vaccins. Parmi les membres de la TNI figurent AP, AFP, BBC, CBC/Radio-Canada, European Broadcasting Union (EBU), Facebook, le Financial Times, First Draft, Google/YouTube, The Hindu, Microsoft, Reuters, Reuters Institute for the Study of Journalism, Twitter, The Washington Post.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La BBC rit jaune

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-