Attentat de Vienne : l’Autriche donne une leçon de sobriété sur les réseaux sociaux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Attentat de Vienne : l’Autriche donne une leçon de sobriété sur les réseaux sociaux

Publié le 03/11/2020 à 11:47 - Mise à jour à 11:58
JOE KLAMAR / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Des coups de feu en rafale du côté de la Schwedenplatz, un homme présenté comme un assaillant seul dans une rue… Ce sont à peu près les seules vidéos qui ont circulé lundi soir sur les réseaux sociaux, alors que Vienne, la capitale autrichienne, était la cible d’une attaque terroriste multisites. 
 
Le contraste est énorme avec la véritable « couverture live » (et son lot de rumeurs) qui avaient prévalu à Paris le 13 novembre 2015, et qu’avait notamment analysé le site slate.fr.
 
A l’heure où la France s’interroge sur les mesures forcément punitives à prendre à l’encontre des réseaux sociaux, le comportement des Autrichiens – et de leur police – est une sacrée leçon en termes de dignité, de protection de la vie privée et du respect du travail des forces de l’ordre. 
 
Respect des demandes 
 
Lundi soir, alors que la ville basculait dans la terreur, la police de Vienne (mais aussi la Ville) a communiqué immédiatement, notamment sur Twitter, demandant aux habitants de rester chez eux et de ne pas prêter attention "aux rumeurs et aux spéculations". Mais pas seulement. 
 
A 21h18, à peine plus d’une heure après le début des attaques, elle tweetait : 
 
« Ne postez aucune photo ou vidéo sur les réseaux sociaux, cela met en danger à la fois les services de secours et la population civile »
 
L’appel a été entendu, et la police viennoise a continuer à fournir régulièrement des informations, et surtout en plusieurs langues représentatives des différentes communautés présentes dans le pays. 
 
Dans la foulée, une page internet était ouverte par le ministère de l’Intérieur autrichien : les témoins peuvent directement y télécharger leurs photos et leurs vidéos. Un outil qui trouverait sans doute son utilité en France…
 
La presse à sensation boycottée
 
Evidemment, le système n’est pas parfait. Certains tabloïds autrichiens se sont risqués à publier des photos et des vidéos, dont une d’un passant abattu, comme des « scoops ». La réponse ne s’est pas faite attendre. 
 
Osterreich Presserat, organe d’autorégulation de la presse écrite autrichienne, a reçu quelque 700 plaintes entre lundi soir et mardi matin. 
 
Dans la foulée, Billa, la principe chaîne de supermarchés du pays, et d’autres grandes entreprises ont annoncé l’arrêt de leurs publicités sur ces médias face à ce qu’elles considèrent comme des violations du code de déontologie. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La police et les secours sur les lieux de la première attaque, lundi soir

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-