Bachar al-Assad interviewé par des médias français: "Daech est une conséquence et non LE problème d’origine"

Bachar al-Assad interviewé par des médias français: "Daech est une conséquence et non LE problème d’origine"

Publié le 16/02/2017 à 11:09 - Mise à jour à 11:17
©Sana/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le président syrien Bachar al-Assad a répondu à une interview menée conjointement par Europe 1 et TF1. Il réaffirme les accusations qu'il porte à la France, et se défend de celles lancées par Amnesty International sur les exactions de la prison de Saydnaya. Il rappelle enfin que son principal partenaire dans les négociations internationales est sans conteste la Russie.

Le président syrien a accordé une interview exclusive à deux médias français. Interrogé à Damas par Fabien Namias (Europe 1) et Michel Scott (TF1), Bachar al-Assad est revenu en détail sur la situation dans son pays et a répondu aux accusations sur la prison de Saydnaya alors que des discussions reprennent aujourd'hui à Astana, au Kazakhstan ente le régime et les rebelles autour de la Russie.

"Je ne crois pas que l’on peut parler d’avoir gagné la guerre avant d’avoir battu les terroristes partout en Syrie" annonce le président syrien. Et par terroristes, il n'entend pas seulement les membres de l'Etat islamique, mais l'ensemble des groupes armés qui ne souhaitent pas déposer les armes. "Quiconque porte une arme dans mon pays, ou dans le vôtre, et se met à tuer des gens et à détruire des biens, est un terroriste (…) Daech est une conséquence et non LE problème d’origine. Le problème réside dans l'idéologie de Daech, qui est la même idéologie pour le front Al-Nosra, et pour de nombreuses autres organisations qui adoptent une idéologie similaire en Syrie, et peut être aussi en Libye et dans d’autres pays. Vous devriez donc vous inquiéter de ces terroristes, qui n’ont que faire d’appartenir à Daech ou à Al-Nosra".

Bachar al-Assad a aussi sèchement fustigé "la diabolisation de la Syrie, de son gouvernement syrien et de son armée, par les principaux médias et les milieux politiques occidentaux", rebondissant notamment sur le rapport d'Amnesty International accusant le centre de détention de Saydnaya d'avoir massivement exécuté pas moins de 13.000 prisonniers, par pendaison, et sans procès équitable. Le président syrien commence d'ailleurs par une défense étrange en critiquant le manque de précision du rapport – "Ils n’ont même pas parlé de 13.000 morts, ils ont dit entre 5.000 et 13.000. On passe du simple au double! Cela veut dire qu’il n’y a pas de précision"– avant de rappeler que "la peine de mort est légale en Syrie". Niant enfin pratiquer la torture, il estime même "qu’il vaut mieux ouvrir une enquête sur Amnesty elle-même, lorsqu'elle adopte un rapport fondé sur des allégations". Il s'oppose, sans surprise, à toute venue d'enquêteurs de l'organisation internationale.

Parlant ensuite de politique française, Bachar al-Assad n'hésite pas à déclarer, sans détour, que la France soutient le terrorisme: "Ce sont eux (les dirigeants français, NDLR) qui ont dit qu'ils envoyaient de l’armement à ce qu’ils appellent des groupes +modérés+, et qui sont en fait des terroristes. Ce sont eux qui l'ont dit, pas moi". Point particulier, sur lequel le dialogue ne s'attarde pas très longtemps, le président syrien affirme que les services de renseignements syriens et français sont en contact: "Lors de la visite d’une délégation parlementaire en Syrie, un des membres de la délégation était du service de renseignement. Donc, ces contacts existent. Bien sûr le gouvernement français a déclaré qu’il s’agissait d'une délégation parlementaire, mais qu'il n'était pas concerné et qu'il désapprouvait. Ce n’est pas vrai".

Terminant sur les discussions qui recommencent à Astana, Bachar al-Assad estime que la Russie a respecté la "souveraineté" de la Syrie et cela "à chaque étape (…) franchie, qu’elle soit d’ordre stratégique ou tactique". "Il est certain que le soutien des Russes a été crucial dans l’affaiblissement de Daech et du Front al-Nosra. Parce que ces groupes s’étaient mis à s’entendre quand la coalition américaine a commencé ses attaques, sa campagne cosmétique. Et ils ont progressé jusqu’à ce que les Russes interviennent et les ont poussés à se rétrécir".

En clôture de l'entretien, Bachar al-Assad annonce "à la fin de la guerre, on pourra envisager les élections".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des "contacts" existent avec les renseignements français affirment le président syrien.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-