Cameroun: des morts en marge de manifestations pour l'indépendance de la minorité anglophone

Cameroun: des morts en marge de manifestations pour l'indépendance de la minorité anglophone

Publié le 02/10/2017 à 15:10 - Mise à jour à 15:19
©STRINGER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Au Cameroun, des séparatistes anglophones ont manifesté pour demander leur indépendance dimanche. Mais les tensions entre la police et les manifestants ont blessés plusieurs personnes et tué une petite dizaine d'entre elles.

Les séparatistes anglophones camerounais manifestaient dimanche 1er octobre pour demander l'indépendance de leurs provinces. Mais des échauffourées entre manifestants et policiers ont éclaté dans plusieurs villes.

A Ndop, dans le nord-ouest du pays deux personnes ont été tuées par balles. A Kumbo, une cinquantaine de kilomètre au sud, une personne est aussi décédée sous les balles et trois prisonniers ont profité des rixes pour tenter de s'échapper de leur centre pénitentiaire. Ceux-ci ont été définitivement stoppés dans leur course par les forces de l'ordre.

D'autres manifestants, dont le nombre reste inconnu, ont été transportés à l'hôpital à Bamenda, le chef-lieu de la région.

Les indépendantistes avaient symboliquement choisi le 1er octobre pour leur manifestation. Cette journée correspond à l'anniversaire de la réunification des régions francophones et anglophones du pays, en 1961.

La minorité lutte depuis la fin de l'année de 2016 pour son indépendance mais sans succès, le président Paul Biya est farouchement opposé à leur cause. Ces dernières semaines les anglophones devaient observer un couvre-feu et les réunions de plus de quatre personnes avaient été interdites dans les lieux publics, tout cela pour éviter des manifestations. L'accès à Internet a aussi été limité.

Lors des rassemblements de dimanche, les esprits étaient échauffés par la mort d'un jeune homme anglophone, tué par la police.

Sur sa page Facebook, le président a condamné "de façon énergique" les violences de la journée, alors que des échauffourées entre indépendantistes et policiers avaient toujours lieu. "Que l'on se comprenne bien, il n'est pas interdit d'exprimer des préoccupations dans la République. En revanche, rien de grand ne peut se construire dans la surenchère verbale, la violence de rue et le défi à l'autorité. Seul le dialogue serein permet de trouver et d'apporter des solutions durables aux problèmes", a expliqué Paul Biya.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les manifestations se sont poursuivies dans la soirée.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-