Choléra: la maladie continue de se propager dans un Yémen en guerre, plus de 300.000 cas recensés

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Choléra: la maladie continue de se propager dans un Yémen en guerre, plus de 300.000 cas recensés

Publié le 10/07/2017 à 16:58 - Mise à jour à 17:03
© / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

L'épidémie de choléra, qui sévit au Yémen depuis fin avril, touche désormais plus de 300.000 personnes, et plus de 1.600 en sont décédées, a annoncé ce lundi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Depuis juillet 2014, le Yémen souffre des affres de la guerre civile qui oppose les rebelles chiites Houthis (qui bénéficient du soutien de l'Iran) aux forces fidèles au gouvernement d'Abd Rabbo Mansour Hadi soutenues par une coalition de pays sunnites dirigés par l'Arabie saoudite. Au plus des 10.000 morts survenus pendant les combats qui opposent les deux camps ainsi que les groupes djihadistes de la région (dont al-Qaïda dans la péninsule arabique) s'ajoutent les ravages de la famine et des épidémies.

L'épidémie de choléra qui y sévit depuis la fin du mois d'avril a provoqué la mort de plus de 1.600 personnes, et le cap des 300.000 cas a été franchi, a affirmé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ce lundi 10. Selon un directeur régional de la Croix-Rouge, Roberto Mardini, sur Twitter, on recense actuellement environ 7.000 nouveaux cas de la maladie par jour. Il souligne que les régions entourant la capitale, Sanaa, et les villes d'Hodeïda, d'Hajja et d'Amran sont les plus touchées.

Le choléra est une maladie infectieuse épidémique, strictement humaine, produite par une bactérie, le vibrion cholérique, caractérisée par des selles très fréquentes, des vomissements, un amaigrissement rapide, un abattement profond avec abaissement de la température, et pouvant se terminer par la mort.

Le conflit a particulièrement dégradé les conditions sanitaires déjà précaires dans le pays avant la guerre. Ainsi, actuellement, près des deux tiers de la population yéménite n'a plus accès à l'eau potable selon un rapport des Nations unies.

Le spectre d'une famine de masse plane également sur ce pays du sud de la péninsule arabique. Depuis le début du conflit, 17 millions de personnes – deux tiers de la population – sont confrontées à des pénuries alimentaires, dont près de sept millions sont proches de la famine, dans un pays très dépendant de l’importation de nourriture.

Stephen O'Brien, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des Affaires humanitaires, a critiqué fin mai la coalition militaire conduite par l'Arabie saoudite qui menace d'attaquer le port d'Hodeida tenu par les rebelles, pourtant vital pour les importations, notamment de denrées alimentaires, du Yémen. 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le conflit a particulièrement dégradé les conditions sanitaires déjà précaires dans le pays avant la guerre.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-