Daech a utilisé du gaz moutarde en Irak

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Daech a utilisé du gaz moutarde en Irak

Publié le 15/02/2016 à 20:39 - Mise à jour à 20:44
©Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'Etat islamique aurait bien utilisé du gaz moutarde en Irak selon des sources proches de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Un gaz mortel dont l'utilisation est interdite par l'ONU depuis 1993.

Des sources proches de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont indiqué que l'Etat islamique (Daech) a bien utilisé du gaz moutarde (ou ypérite) en août dernier en Irak près d'Alep. Les conclusions d'analyses menées sur des combattants kurdes qui avaient alors affronté l'EI et chez lesquels des traces de gaz moutarde ont été relevées.

Suite aux combats d'août dernier, les autorités Peshmergas (kurdes) avaient affirmé avoir constaté  plusieurs dizaines d'explosions qui avaient dégagé de la poussière blanche et du liquide noir, soit les effets d'une attaque au gaz moutarde. L'OIAC s'est cependant refusée à une confirmation officielle, déclarant que les analyses avaient bien été faites et que les résultats avaient été transmis au gouvernement irakien.

Ces informations vont dans le sens des affirmations du directeur de la CIA, John Brennan, qui avait déclaré il y a quelques jours que Daech avait les moyens de fabriquer des armes chimiques telles que le gaz moutarde ou la chlorine.

Le gaz moutarde attaque les yeux et engendre une cécité temporaire, provoque une grave inflammation de la peau et des muqueuses pulmonaires qui peut entraîner la mort. Utilisé pour la première fois durant la Première guerre mondiale, il a été interdit par l'ONU en 1993.

Des traces de son utilisation avaient cependant déjà été repérées au début du conflit syrien, de même que d'utilisation de gaz sarin. Le régime de Bachar al-Assad avait accepté en 2013 de déclarer et remettre son arsenal chimique.

Ces révélations viennent attiser la crainte d'un attentat à l'arme chimique, une possibilité qu'il ne faut pas "exclure" selon les propos tenus par Manuel Valls en novembre dernier. Mais selon certains experts, le gaz n'est pas l'arme la plus adaptée pour commettre un attentat car il demande de lourds moyens de transport et d'utilisation.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des traces de gaz moutarde auraient été relevées sur des combattants kurdes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-