Au Danemark et au Royaume-Uni, le retour à "la vie normale" proclamé par les autorités sanitaires

Au Danemark et au Royaume-Uni, le retour à "la vie normale" proclamé par les autorités sanitaires

Publié le 10/01/2022 à 13:24
Pixabay / FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Face à l'importante recrudescence de cas engendrée par Omicron, le choix de la vaccination à tous crins ne fait pas, ou plus, l'unanimité en Occident. Au Royaume-Uni et au Danemark, prenant en considération les dernières données épidémiologiques, deux hauts responsables de la santé ont préconisé de freiner la campagne vaccinale de masse, allant même jusqu'à imaginer un « retour à la vie normale », immédiat ou à court terme.

Les données épidémiologiques

Au Danemark, le taux d’infection moyen se situe actuellement aux alentours de 20 000 cas par jours, soit une moyenne d’un peu plus de 3 500 cas par million d’habitants – l’un des taux les plus élevés d’Europe. Quant au Royaume-Uni, la moyenne se situe autour 3 000 cas par million d'habitants. À titre comparatif, en France, pour 230 000 cas recensés le 8 janvier dernier, cela donne 3 380 cas par million d'habitants.

Dans les trois cas, si le nombre de cas explose, le nombre de décès est très loin des pics précédents.


Exemple du Danemark : à gauche, la courbe des cas positifs ; à droite, celle des décès.

Au regard de ces chiffres, l'on devine un variant Omicron plus contagieux, certes, mais nettement moins dangereux que son prédécesseur Delta.

Voir aussi : Christian Vélot : "la vaccination généralisée est contre-productive"

Des prises de paroles rassurantes

Dans une intervention à la télévision danoise 2, Tyra Grove Krause, responsable de la santé au Danemark, épidémiologiste en chef à l’Institut national du sérum, se montre très confiante quant à une évolution positive de la situation sanitaire. L’épidémiologiste assure que le pic d’Omicron sera atteint à la fin du mois de janvier et que la pression de l’infection devrait diminuer dès le mois de février, allégeant le système de soins de santé. Une déclaration qui s’appuie sur une étude à laquelle madame Krause a elle-même participé et qui révèle que, malgré le très haut niveau de contagion, le risque d’hospitalisation lié au variant Omicron est deux fois moins élevé que celui observé par le variant Delta. L'étude pose aussi la question de l'échappement immunitaire, idée selon laquelle les vaccins accentueraient la contagion au lieu de la réduire, notamment à cause du phénomène ADE (Antibody Dependant Enhancement), la facilitation par les anticorps (épitopes facilitants).

« Nos résultats confirment que la propagation rapide du variant Omicron peut être attribuée principalement à l'évasion immunitaire plutôt qu'à une augmentation inhérente de la transmissibilité de base », ont déclaré les chercheurs.

Par ailleurs, le professeur Lars Østergaard, médecin en chef du département des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Aarhus, se montre confiant sur le niveau d’immunisation de la population et considère qu’il sera désormais possible de gérer la Covid comme n’importe quelle infection hivernale.

La vie normale au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, c'est l'ancien chef du comité de vaccination, Dr Clive Dix, qui assure qu'il ne faut mettre l'accent que sur ceux qui sont susceptibles de faire une forme grave de la maladie. En fin de semaine dernière, il donnait des interviews au Daily Telegraph et à Sky News, expliquant : « Étant donné que les vaccins ne sont pas efficaces contre la contagion et la transmission, mais bien sur les formes graves, il est inutile de vacciner sans arrêt ceux qui ne risquent plus les formes graves ». Au contraire, il faudrait plutôt les laisser tomber malades pour qu'ils développent leur propre immunité, et ainsi traiter le Covid-19 comme les autres maladies hivernales.

Aussi annonce-t-il, gardant en tête de vacciner les adultes avec une dose de vaccin, que le Royaume-Uni serait protégé contre la maladie d'ici à l'été 2022.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un retour à la vie normale en Europe ?

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-