Dans un Parlement européen presque vide, Jean-Claude Juncker s'emporte contre les députés et crée la polémique (vidéo)

Dans un Parlement européen presque vide, Jean-Claude Juncker s'emporte contre les députés et crée la polémique (vidéo)

Publié le 04/07/2017 à 16:05 - Mise à jour à 18:12
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, s'est emporté mardi contre l'absentéisme considérable (de l'ordre de... 95%) pour une séance plénière du Parlement européen relativement importante. Un coup de colère qui a déclenché une réponse crispée du président de l'Assemblée.

L'image est saisissante et particulièrement gênante. Elle a surtout déclenché la colère de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, et a fait peser une tension palpable au sein du Parlement européen. Ce mardi 4 en effet, dans l'hémicycle de Strasbourg, l'ordre du jour appelait une séance "plénière" pour débattre sur le bilan des six mois de la présidence tournante de l'Union européenne qui était entre les mains de Malte pour ce premier semestre.

Les 751 députés européens étaient convoqués. Et dans l'immense salle, à peine une trentaine étaient présents. Ce qui a déclenché l'ire de Jean-Claude Juncker qui a tiré à boulets rouges sur l'institution. "Le Parlement européen est ridicule, très ridicule" a-t-il lancé en jetant la stupeur dans la (maigre) Assemblée par la virulence de son attaque. "Je salue ceux qui se sont donné la peine de se déplacer ici, mais le fait qu'une trentaine de députés assistent à ce débat démontre à suffisance que le Parlement n'est pas sérieux, et je voulais le dire aujourd'hui". Il adoucit ensuite, mais sans succès, son propos en désignant amicalement le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, inconnu du grand public, expliquant que s'il était Mme Merkel ou M.Macron, le Parlement serait "full house" ("salle comble"). Il se laissera ensuite aller à quelques phrases en anglais, toujours pour dire que le parlement est "ridiculous".

Si certains députés présents ont discrètement applaudi, la saillie n'a pas du tout plu à Antonio Tajani, le président du Parlement européen. "Monsieur le Président, je vous en prie, veuillez utiliser un langage différent, nous ne sommes pas ridicules, je vous en prie" a-t-il lancé visiblement courroucé. Il s'est même permis une leçon de droit européen au patron de la Commission européenne: "Vous pouvez critiquer le Parlement, mais ce n'est pas la Commission qui doit contrôler le Parlement. C'est le Parlement qui doit contrôler la Commission". Juncker a alors rétorqué, en enfonçant le clou, que seul "un faible nombre de députés" étaient présents "à la plénière pour contrôler la Commission".

Un échange tendu, d'autant plus gênant qu'il n'avait pas de dimension d'opposition politique. Jean-Claude Juncker et Antonio Pajani font tous les deux partie du Parti populaire européen (PPE), le groupe majoritaire dans les institutions européennes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Lors de la séance plénière du mardi 4 juillet, l'hémicycle était vide à 95%.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-