Donald Trump gracie 73 personnes, mais pas Julian Assange

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Donald Trump gracie 73 personnes, mais pas Julian Assange

Publié le 20/01/2021 à 10:16 - Mise à jour à 10:26
© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Les partisans de Julian Assange comptaient sur les grâces du président Trump le jour de son départ. Ils ont été déçus.
 
Un communiqué publié sur le site de la Maison Blanche énumère ce 20 janvier, dernier jour de la présidence Trump, les 73 grâces accordées par le sortant. Parmi elles, des personnalités comme son ancien conseiller Steve Bannon, accusé de détournement de fonds, ou encore les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black.
 
La liste était particulièrement attendue par les partisans de Julian Assange, tant il se murmurait que le fondateur de WikiLeaks pourrait faire partie du wagon. 
 
Demandes de grâce
 
Des voix s’étaient d’ailleurs élevées, dont celles de cinq prix Nobel auteurs d’une lettre, du rapporteur de l’ONU sur la torture et de Pamela Anderson, pour demander que la grâce soit accordée à celui qui, en 2010, dévoila des documents militaires américain révélant des crimes de guerre commis en Afghanistan et en Irak. 
 
Un autre lanceur d’alerte célèbre, Edward Snowden, réfugié en Russie depuis 2013, s’était joint à ce concert de demandes. 
 
Interviewée mardi par le Washington Examiner, la compagne et mère des deux enfants de Julian Assange estimait :
 
« Tout président qui croit en la défense du 1er amendement est le bon président pour lui pardonner. Julian n’aurait jamais dû être inculpé pour avoir publié la vérité »
 
Stella Morris remarquait cependant que Donald Trump, selon elle favorable à cette grâce, rencontrait une forte opposition de la part des services de renseignements américains.
 
175 ans de prison
 
Pas de grâce présidentielle donc. Julian Assange risque toujours 175 ans de prison pour espionnage s’il remet le pied sur le sol américain. Le fondateur de WikiLeaks est actuellement incarcéré au Royaume-Uni dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, après avoir passé sept ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres. 
 
Le 4 janvier dernier, la justice britannique a refusé son extradition vers les Etats-Unis, estimant que l’état psychologique de Julian Assange ne le permettait pas. 
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Julian Assange n'a finalement pas été grâcié par Donald Trump

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-