En Nouvelle-Zélande, la cigarette va être progressivement interdite

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 22 décembre 2021 - 16:10
Image
Quatre personnes ont été mises en examen et incarcérées dimanche dans le cadre du démantèlement d'un réseau de trafiquants suspectés d'avoir importé 75 tonnes de cigarettes en contrebande
Crédits
© Joël SAGET / AFP/Archives
Un paquet de cigarettes.
© Joël SAGET / AFP/Archives

Début décembre, le gouvernement néo-zélandais a annoncé vouloir relever chaque année l’âge légal pour acheter du tabac. Objectif : devenir un pays non-fumeur à l’horizon 2027.

Une interdiction progressive de fumer

C’est une mesure radicale et une première mondiale. Pour dissuader les jeunes de fumer leur première cigarette, le gouvernement néo-zélandais a annoncé jeudi 9 décembre souhaiter interdire progressivement la vente de tabac aux nouvelles générations. Cela signifie que toute personne née après 2008 ne pourra plus acheter de cigarettes et donc, en théorie, commencer à fumer.

Actuellement, l’âge légal pour acheter du tabac est fixé à 18 ans. Si la nouvelle loi, qui sera soumise au vote du parlement l’année prochaine, est adoptée, cet âge sera progressivement relevé d’un an chaque année à partir de 2027.

« Nous voulons nous assurer que les gens ne commencent jamais à fumer... en vieillissant, eux et les générations futures ne pourront jamais acheter légalement du tabac », a déclaré la ministre de la Santé Ayesha Verrall lors d’une conférence de presse. « Cela veut dire qu'une personne âgée de 60 ans en 2073 ne pourrait pas en acheter, quand une autre âgée de 61 le pourrait", résume Reuters.

Les populations Māori et Pasifika très touchées par le tabagisme

À l'heure actuelle, le tabagisme reste la principale cause de décès évitable en Nouvelle-Zélande. Il est à l'origine d'un cancer sur quatre et entraîne chaque année 4 000 à 5 000 décès prématurés liés au tabagisme.

Les populations Māori et Pasifika sont particulièrement touchées. Alors que le tabagisme chez les adultes est passé de 18 % en 2006 à 11,6 % en 2020, il reste respectivement à 28,7 % et 18,3 % chez les Māori et les Pasifika.

« Bien que les taux de tabagisme aillent dans la bonne direction, nous devons faire plus, et plus rapidement, pour atteindre notre objectif. Si rien ne change, il faudra des décennies pour que le taux de tabagisme des Māori passe sous la barre des 5 %, et ce gouvernement n'est pas prêt à laisser les gens à la traîne », a souligné Mme Ayesha Verrall.

Le gouvernement néo-zélandais porte aussi une seconde loi qui vise à restreindre le nombre de points de vente de tabac et n'autoriser que les produits contenant un faible taux de nicotine, afin de diminuer le risque de dépendance. Mais la loi ne concerne pas l’interdiction du vapotage, pourtant deux à trois fois plus répandu que le tabagisme en Nouvelle-Zélande, en particulier chez les jeunes. Un rapport de l’Asthma and Respiratory Foundation NZ paru en novembre estime ainsi qu’environ 20 % des étudiants vapotent quotidiennement.

À LIRE AUSSI

Image
Une cigarette électronique de marque Juul, le 2 octobre 2018 à Washington
La cigarette électronique peut entraîner une dysfonction érectile
Les hommes en bonne santé utilisant quotidiennement la cigarette électronique sont plus susceptibles de souffrir de troubles de l’érection, selon une nouvelle étude.Un...
04 décembre 2021 - 13:15
Société
Image
quizz déconfinement
En Nouvelle-Zélande, le confinement a provoqué une "dette immunitaire" chez les enfants
Face à la pandémie de covid-19, le confinement et l’ensemble des restrictions de déplacement ont-ils été efficaces pour limiter la propagation du virus ? La question r...
12 juillet 2021 - 16:55
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.