Espagne: Podemos devrait confirmer aux législatives, une coalition reste incertaine

Espagne: Podemos devrait confirmer aux législatives, une coalition reste incertaine

Publié le 26/06/2016 à 15:50 - Mise à jour à 15:51
©Sergio Perez/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les dernières législatives n'ont pas permis à l'Espagne de mettre sur pied une nouvelle coalition stable. Et les observateurs sont déjà pessimistes pour celles qui se déroulent ce dimanche.

Ils avaient déjà fait sensations il y a six mois lors du précédent scrutin. Podemos (de son nom complet "Unidos Podemos"), la formation anti-austérité, devrait encore progresser lors des élections législatives de ce dimanche 26. Une prévision qui, si elle se confirme, serait un camoufet supplkémentaire pour les grands partis espagnols-  le Parti populaire (PP) et le Parti socialiste espagnol (PSOE)- incapables de mettre sur pied une coalition gouvernementale.

Les derniers sondages laissent entendre que le parlement issu des élections sera tout aussi fragmenté que le précédent, aucun des quatre grands partis et des six formations régionales n'était susceptible de s'imposer dans un parlement composé de 350 sièges.

Certes le PP, le parti conservateur, devrait terminer premier du scrutin. Les projections lui annoncent environ 120 sièges. Mais son son alié naturel pour une coalition, Ciudadanos, ne devrait en obtenir qu’une quarantaine. Insuffisant donc pour prétendre à la majorité.

Podemos est attendu à 90 sièges environ. Sur le papier, une coalition à gauche est donc possible entre la jeune formation et le PSOE qui devrait finir troisième avec 80 sièges, avec l’ajout de quelques élus régionalistes. Problème : les observateurs pensent que le PSOE, fondé il y a 137 ans, préférerait former une "grande coalition" avec le PP de l'actuel Premier ministre Mariano Rajoy, voire soutenir un gouvernement PP minoritaire plutôt que de s'associer à un parti qui, en faisant bouger les lignes de forces traditionnelles, menacent son existence.

Autre inconnue du scrutin: l’abstention. Face à la démotivation de l’opinion publique suite à l’incapacité du scrutin de sortir l’Espagne de la crise politique, elle devrait atteindre son taux le plus élevé depuis le retour de la démocratie dans les années 1970.  

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Avant d'être un parti, Podemos a d'abord été un mouvement de manifestations.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-