Etats-Unis: Trump recule sur l'utilisation de la torture

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Etats-Unis: Trump recule sur l'utilisation de la torture

Publié le 05/03/2016 à 14:51 - Mise à jour à 15:04
©Kena Betancur/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Donald Trump utilisera tout son pouvoir pour arrêter les ennemis terroristes s’il est élu, mais le candidat républicain à la Maison Blanche assure qu’il le fera dans le respect des lois, faisant ainsi machine arrière sur sa volonté d'avoir recours à la torture.

Le truculent candidat à l'investiture républicaine Donald Trump est revenu vendredi 4 sur sa promesse de torturer les terroristes et de tuer leurs familles dans une déclaration au Wall Street Journal, affirmant que, s’il était élu, il respecterait les lois.

"J’utiliserai tout mon pouvoir légal pour arrêter ces ennemis terroristes. Je comprends, cependant, que les Etats-Unis sont liés par des lois et des traités et je ne demanderai pas à notre armée ou à d’autres responsables de violer la loi" a fait savoir le magnat de l'immobilier. Et d'ajouter: "c’est clair qu’en tant que président, je suis lié par des lois comme simplement tous les Américains et j’assumerai ces responsabilités.

Lors d'un débat télévisé jeudi 3, il avait lancé: "pouvez-vous imaginer ces gens, ces animaux du Moyen-Orient, qui coupent des têtes, assis en train de discuter et voyant que nous avons un problème avec la simulation de noyade?".

"Je pense que la simulation de noyade c'est de la gnognotte par rapport à ce qu'ils nous font subir" avait-t-il précisé en novembre en évoquant la décapitation du journaliste américain James Foley en août 2014 par les djihadistes de Daech.

Le "waterboarding" ou simulation de noyade consiste à verser de l'eau sur un tissu qui bouche le nez et la bouche d'un prisonnier. Cette méthode, mise en place par l'administration Bush et pratiquée par la CIA, est considérée comme de la torture par les Nations unies et a été interdite par le président Obama.

Pour justifier ce virage, Donald Trump a tenu à préciser jeudi la nécessité pour un dirigeant d’être "flexible", lors du débat de jeudi, affirmant n’avoir "jamais vu quelqu’un réussir sans un certain degré de flexibilité".

 

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le truculent candidat à l'investiture républicaine Donald Trump est revenu vendredi 4 sur sa promesse de torturer les terroristes et de tuer leurs familles.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-