La reconnaissance faciale chinoise arrive aux portes de l'Union européenne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

La reconnaissance faciale chinoise arrive aux portes de l'Union européenne

Publié le 23/06/2021 à 11:21
Tobias Tullius / Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La Chine est un “modèle” dans le secteur de la surveillance : en plus d’avoir déployé leurs technologies de reconnaissance biométrique, dans des entreprises, prisons, et aux frontières, les entreprises chinoises, spécialisées dans ces logiciels, commencent à exporter leur technologie dans le monde, jusqu’en Serbie, alors que le pays est candidat à l'entrée dans l'Union Européenne.

Huawei installe un système de reconnaissance faciale à Belgrade

Un millier de caméras de vidéosurveillance connectées à un programme capable d'identifier les visages en temps réel développé par Huawei ont été déployées ces derniers mois dans les rues de la capitale serbe. Le gouvernement d'Aleksandar Vučić, qui entretient de bonnes relations avec la Chine, a commencé à travailler en 2019 sur ce système de vidéosurveillance, baptisé Safe City.

La Serbie joue son entrée dans l’UE

Gwendoline Delbos-Corfield, députée européenne et membre du Parti vert européen, a alerté le mardi 1er juin que la Serbie serait en train de surveiller, grâce à cette technologie, sa population pour contrôler les voix dissidentes, ce qui a déjà été testé avec succès en Chine. Selon Gwendoline Delbos-Corfield les caméras ont été obtenues gratuitement, et des experts chinois travaillent dans l’administration serbe pour entretenir les caméras. La proposition de règlement européen sur l'intelligence artificielle présentée par la Commission européenne en avril, en attente d'approbation, envisage l'interdiction de la reconnaissance faciale dans les espaces publics, bien que la porte soit laissée ouverte à leur utilisation à des fins antiterroristes. Gwendoline Delbos-Corfield souligne la nécessité pour la Serbie d’encadrer l’utilisation de cette technologie pour ainsi protéger la vie privée des personnes et éviter les abus.

Des caméras de surveillance oui, mais seulement pour le trafic automobile

Milan Marinović, commissaire de l'Agence serbe de protection des données, a déclaré que ces caméras “ne sont pas utilisées avec l'application de reconnaissance faciale, mais dans l’objectif principal de surveiller le trafic automobile et pour assurer la sécurité des citoyens”. Pour Djordje Krivokapic, co-fondateur de Share Foundation, une organisation serbe de défense des droits humains dans l'environnement numérique, qui a suivi le programme Safe City, le déploiement de cette technologie a été réalisé dans l’opacité. Le système, selon l’association, permettrait de reconnaître et de retrouver une personne à partir d'une photographie, telle qu'une carte d'identité, et de savoir où elle s’est rendue. Des fonctionnalités plus sophistiquées sont accessibles, comme le fait de détecter des modèles précis dans la façon de marcher des gens, pour pouvoir les suivre et les identifier.

La Serbie, cheval de troie de la technologie anti-démocratique

Le rapprochement entre la Chine et la Serbie ne date pas d’aujourd’hui. Comme le rappelle un article du journal espagnol El Pais. Entre 2007 et 2017 déjà, la république des Balkans a reçu des prêts à faible taux d'intérêt de la part de la Chine pour développer des infrastructures d'une valeur d'environ 3 milliards de dollars (2,479 milliards d'euros). Ce financement a été utilisé, entre autres, pour développer la ligne à grande vitesse reliant Belgrade à Budapest. Pour le spécialiste Andrés Ortega, cette alliance montre comment la Chine se rapproche de l’Europe en s’attaquant aux maillons faibles. Avec le déploiement d'un système de reconnaissance faciale à Belgrade, estime Ortega, le géant asiatique se prépare à influencer les portes de l'Europe sur une question qui touche directement notre conception de la démocratie libérale.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Avec le déploiement d'un système de reconnaissance faciale à Belgrade, la Chine se prépare à influencer les portes de l'Europe sur une question qui touche directement notre conception de la démocratie libérale

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-