L'application Pokémon Go utilisée par la Russie pour perturber l'élection présidentielle américaine?

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 13 octobre 2017 - 17:05
Image
Un joueur de Pokemon Go.
Crédits
©Alfredo Estrella/AFP
Pokémon Go aurait été utilisé par la Russie pour attiser la haine raciale aux Etats-Unis durant l'élection présidentielle.
©Alfredo Estrella/AFP
Pour interférer dans la campagne présidentielle américaine, la Russie aurait utilisé l'application Pokémon Go. C'est en tout cas ce qu'à révélé CNN jeudi. Un compte lié aux Russes aurait publié des messages incitant à la haine raciale.

Une possible ingérence russe a été de nombreuse fois évoquée avant et après l'élection présidentielle américaine qui a vu gagner Donald Trump en novembre 2016. Une enquête de la chaîne CNN dévoilait jeudi 12 que la Russie aurait même utilisé l'application Pokémon Go pour interférer dans le scrutin.

Un compte nommé "Do not Shoot Us" ("ne nous tirez pas dessus" en anglais) publiait en effet des messages politiques à l'intention de la communauté noire américaine et poussait à la haine raciale. Grâce à des recherches, CNN a découvert que Do not Shoot Us était étroitement lié à l'Internet Research Agency (Centre de recherche d'Internet), basé à Saint-Pétersbourg et piloté par le Kremlin.

Aussi présent sur YouTube et Tumblr (ainsi qu'Instagram, Twitter et Facebook mais les comptes ont aujourd'hui été suspendus), ce profil a organisé un concours incitant les militants "Black Lives Matter" à jouer près de lieux où des violences policières avaient été perpétrées dans le pays. Les joueurs de Pokémon Go étaient aussi invités à changer le nom de leurs créatures fantastiques pour leur donner les prénoms de victimes des forces de l'ordre.

Ainsi, CNN a découvert qu'un compte d'utilisateur se nommait Eric Garner, un afro-américain tué par un policier à New York en 2014. Les meilleurs joueurs étaient récompensés par des cartes cadeau Amazon. "On ne sait pas exactement ce que les personnes qui participaient à ce concours espéraient accomplir, ils espéraient peut-être rappeler aux personnes vivant à côté des endroits où ces incidents avaient eu lieux ce qui était arrivé pour les mettre en colère", a expliqué la chaîne de télévision américaine.

Les messages auraient en fait eu pour but de provoquer un climat tendu aux Etats-Unis.

Sur les autres réseaux sociaux, des vidéos et images ont été postées entre mai et décembre 2016. Des messages "activistes" étaient régulièrement publiés et incitaient à agir, selon la chaîne de télévision américaine. Encore aujourd'hui les deux pages encore actives partagent des vidéos à propos de la Palestine.

Niantic, la société détentrice de Pokémon Go, a répondu à cette enquête en indiquant que tout avait été fait "sans (leur) permission". Quant au site internet de blogging Tumblr, il n'a pas voulu faire suite aux demandes des journalistes en invoquant sa politique de confidentialité.

À LIRE AUSSI

Image
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 13 juillet 2017 à Berlin
Lavrov rejette toute ingérence russe dans le scrutin allemand
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a balayé jeudi les craintes d'éventuelles tentatives de Moscou d'influencer les élections allemandes de sept...
13 juillet 2017 - 19:38
Image
Jeff Sessions le 13 juillet 2017 lors d'une conférence de presse au Département de la justice à Wash
Affaire russe: Trump désavoue son ministre de la Justice, son fils devant le Sénat
Donald Trump a infligé mercredi un cinglant désaveu à son ministre de la Justice, Jeff Sessions, sur sa gestion de l'ingérence russe dans la présidentielle, dans laque...
20 juillet 2017 - 07:27
Image
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 6 juin 2017 à Washington
Ingérence russe: Donald Trump n'empêchera pas l'ex-chef du FBI de témoigner
Deux chefs du renseignement américain ont affirmé au Congrès mercredi ne jamais avoir subi de pression de la Maison Blanche mais ont été mis en difficulté lorsqu'ils o...
05 juin 2017 - 22:43
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.