Le 30 mai, Paris tentera de relancer le processus de paix israélo-palestinien

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Le 30 mai, Paris tentera de relancer le processus de paix israélo-palestinien

Publié le 22/04/2016 à 08:41 - Mise à jour à 08:49
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le 30 mai se tiendra une réunion d'une vingtaine de pays ayant pour but de relancer le processus de paix israélo-palestinien, au point mort. En cas de succès, elle pourra déboucher sur un sommet international avant la fin de l'été, en présence des dirigeants israélien et palestinien.

Paris tentera fin mai de relancer le processus de paix israélo-palestinien, au point mort, en organisant une réunion ministérielle internationale qui pourrait, en cas de succès, déboucher sur un sommet international avant la fin de l'été. Dans un entretien accordé à quatre journaux internationaux, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a annoncé jeudi 21 que cette réunion, prévue pour le 30 mai, serait ouverte par le président François Hollande.

Elle rassemblera une vingtaine de pays, plus l'Union européenne et l'ONU, mais pas les Israéliens ni les Palestiniens, a-t-il précisé aux quotidiens américain Wall Street Journal, israélien Haaretz, panarabe Al Quds al Arabi et français Libération. Le chef de la diplomatie française a ajouté que cette réunion pourrait permettre de préparer, en cas de succès, un sommet international au deuxième semestre 2016, en présence cette fois des dirigeants israélien et palestinien. "Les parties sont plus éloignées que jamais", a admis Jean-Marc Ayrault, mais "il n'y a pas d'autre solution au conflit que l'établissement de deux États, israélien et palestinien, vivant côte à côte en paix et en sécurité avec Jérusalem pour capitale partagée". "On ne peut rester sans rien faire, il faut agir avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il ajouté, précisant que les discussions de Paris repartiront "sur la base de l'initiative de paix arabe de 2002", qui avait été rejetée par les Israéliens.

Cette initiative, dont l'Arabie Saoudite a été l'auteur, prévoyait un retrait total des Israéliens des territoires occupés et un règlement de la question des réfugiés palestiniens. "Il faut expliquer aux Israéliens que la colonisation est un processus dangereux et qu’elle met leur propre sécurité en péril", a déclaré le ministre français. "En Israël, le gouvernement est de plus en plus ambigu vis-à-vis de la solution à deux États et les Palestiniens de plus en plus divisés, avec une base très en colère", a-t-il toutefois reconnu. "Je ne suis pas dans la naïveté mais de bonne foi. Il n’y a pas d'alternative; l'autre option, c'est le fatalisme et je m'y refuse."

La démarche française avait été annoncée en février, juste avant son départ du quai d'Orsay, par le prédécesseur de Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, qui avait indiqué que Paris s'apprêtait à prendre l'initiative d'"une action en deux temps, d'abord une réunion internationale sans les parties, et ensuite espérons-le une réunion internationale à l'été, avec les parties". Un ancien ambassadeur de France à Washington, Pierre Vimont, avait été chargé d'entamer les démarches, qui ont abouti à l'annonce de la réunion du 30 mai.

A l'occasion d'un passage à Paris en mars, le secrétaire d’État américain John Kerry avait déclaré "écouter avec attention la proposition française" et estimé que le règlement de ce conflit, vieux de 70 ans, requérait "un soutien international" pour une "entreprise commune". "Les États-Unis restent profondément engagés pour la solution à deux États, absolument essentielle, seule issue pour trouver la paix entre les Israéliens et les Palestiniens", avait assuré le chef de la diplomatie américaine.

Dans le cadre d'une tournée internationale, le président palestinien Mahmoud Abbas s'est aussi arrêté, vendredi 15, à Paris où il s'est entretenu avec son homologue français. "Les cas de l'Iran et de la Syrie ont bien montré que les négociations bilatérales ne peuvent pas aboutir et qu'un format international est nécessaire", avait alors commenté auprès de l'AFP son conseiller diplomatique Majdi Al-Khalid.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Hollande ouvrira la réunion, a annoncé Jean-Marc Ayrault.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-