Le Pakistan, dernière victime du jeu de "changement de régime"

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 03 mai 2022 - 19:18
Image
Imran Khan
Crédits
AFP / Aamir QURESHI
La photo du Premier ministre pakistanais Imran Khan rpès d'un kiosque à journaux, le 4 avril 2022 à Islamabad, au Pakistan.
AFP / Aamir QURESHI

CHRONIQUE - Dans les médias pakistanais une des expressions qui revient le plus en boucle en anglais ou en ourdou - ici en anglais - est "regime change conspiracy", conspiration pour changer de régime. Qu’ils soient pour, qu’ils soient contre, il ne fait l’ombre d’un doute pour personne que la motion de censure pour déposer le président démocratiquement élu, Imran Khan, répond au fait que Washington lui a baissé le pouce.

Le 9 avril dernier, Imran Khan, Premier ministre depuis 2018, était déposé sans avoir pu arriver au terme de son quinquennat, comme la totalité de ses prédécesseurs depuis 1975. L’ex-joueur de cricket, entré en politique au travers de son parti "Mouvement pour la Justice du Pakistan" (PTI, Pakistan Tehreek e-Insaf) avait bien essayé de contenir le coup, en bon sportif qu’il a été, en tentant d’éviter la première motion de censure surgie la semaine antérieure, ce qui ne pouvait se faire qu’au travers de la dissolution de l’Assemblée et la tenue de nouvelles élections.

Mais une lame de fond d’organisation d’activistes, propre à la mécanique orwellienne, désormais typique dans les opérations de changement de régime, s’est mise en branle pour dénoncer Imran Khan et son gouvernement. Ce dernier étant, à compter de ce moment, décrit comme plus autocrate et plus corrompu que les mandataires issus de camarillas militaires et/ou d’oligarchies précédentes, tels que les Bhutto ou les Sharraf, dont le plus jeune frère de Nawaz Sharraf, trois fois président, Shahbaz, est depuis devenu Premier ministre, en remplacement d’Imran Khan. Le premier signe que le sort était jeté pour le gouvernement du PTI, aura été l’impromptue démission, du porte-parole de la Chambre basse, Asad Quaiser, jusque-là solidaire de son parti, ouvrant ainsi la porte au vote de défiance.

Le changement de régime à l’américaine impose le passage par la bureaucratie médiatique du ministère de la Vérité et il est vrai que, dans un pays comme le Pakistan, il n’est guère difficile de trouver de petites et grandes misères, tant il vrai que les standards de vie ne seront jamais ceux du Royaume du Danemark en matière de gouvernance.

Mais là n’est pas le problème. Si la démocratie était une condition sine qua non pour être allié des Etats-Unis, le monde serait autre. Le point de rupture avec Imran Khan aura été l’expression désinhibée d’indépendance. Le jour même de l’initiation de l’opération russe en Ukraine, l’ex PM était en visite officielle... à Moscou. Quelques semaines plus tôt, il s’était rendu à l’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver à Pékin. L’actuel Premier ministre, Shehbaz Sharif, entretient de très bonnes relations avec la Chine du fait de ses responsabilités lors de son passage dans l’État du Punjab, mais il le fait, lui, discrètement. D’ailleurs lors de son discours d’intronisation, il a tenu à fixer comme objectif dans sa "liste de choses à faire" de "réparer les relations avec les nations amies {Etats-Unis} (…) Nous sommes une nation responsable et nous souhaitons travailler avec nos amis et alliés pour promouvoir nos relations bilatérales et multilatérales".

Voir aussi : La guerre par proxy contre la Russie dans son tournant le plus dangereux

C’est la parfaite réponse du berger à la bergère. Dans une interview à la chaîne Fox, au cours de l’opération de changement de régime, Rebecca L. Grant, experte américaine en question de sécurité nationale, déclarait : "Les Pakistanais ont besoin d’un pouvoir qui soutienne l’Ukraine, arrête de chercher à faire des deals avec la Russie, cesse ses relations avec la Chine, et arrête sa politique anti-américaine".

Les États-Unis ont donc trouvé, pour l’instant, quelqu’un de plus diligent. Le problème est que le temps est passé, et la perspective du camp du bien, du camp du mal, a été soumise à l’épreuve des faits, après l’invasion soviétique en Afghanistan, ensuite celle des Américains et leur pathétique débandade, dont les effets secondaires en termes de réfugiés, criminalité, sécurité nationale et questions humanitaires, est le prix qu'en payent les pays voisins. Bien sûr, celui-ci sait jouer du conflit pakistanais, voire l’alimente, mais il est aussi le premier à en payer les conséquences.

Si la nation n’a pas été soumise durant le mandat de Barack Obama à l’aventure meurtrière des "Printemps arabes", elle n’a pas pour autant manqué d’observer que, pendant que se poursuivait la guerre contre les Pashtouns et le terrorisme, Al Qaeda, renommée Al Nusra et enfin Fatah al-Sham, bénéficiait de l’entrainement et de l’armement des Etats-Unis dans la région du Sham. Et quand ce n’était pas Al Nusra, c’étaient les plus de soixante bataillons commettant exactement les mêmes atrocités que Daesh, mais considérés, en novlangue "groupes de rebelles modérés". Les mêmes groupes, avec la même idéologie de mort qui chaque année, bon an mal an, font des dizaines de victimes civiles au Pakistan dans le cadre d’attentats d'hyper terrorisme.

La propension à considérer les Etats-Unis comme un allié unique et suffisant est, par conséquent, en perte de vitesse, même pour une personne du profil d’Imran Khan, dont les valeurs occidentales sont indiscutables au vu de sa formation. Et cette opinion est non seulement le propre d’un gouvernant, qui se vit dans la peau de la victime d’un diner de cons en version macro, mais de l’opinion publique. C’est là où le bât blesse en termes de sécurité. D’où l’interrogation formulée par l’ex-PM dans un tweet ce lundi 2 mai : "Ma question pour l’administration Biden : en mettant à exécution une conspiration de changement de régime pour destituer le PM démocratiquement élu d'un pays de 220 millions d’habitants afin d'installer une marionnette à sa place, pensez-vous avoir amoindri ou augmenté le sentiment anti-américain au Pakistan ?"

À LIRE AUSSI

Image
Des membres des services de sécurité montent la garde devant le Parlement avant le vote sur la motion de censure, le 9 avril 2022 à Islamabad, au Pakistan
Pakistan: Imran Khan, défait par une motion de censure, quitte le pouvoir
Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a été renversé dimanche par une motion de censure votée à son encontre par l'Assemblée nationale, à l'issue de plusieurs s...
09 avril 2022 - 10:07
Image
Vladimir Poutine bras ouverts
Crise financière mondiale : les sanctions occidentales sont une chance pour la Russie
CHRONIQUE — Suite aux sanctions imposées par l’Occident, les États-Unis n’isolent pas la Russie, mais isolent l’Occident (10 % de l’humanité) du reste du monde. Compte...
29 avril 2022 - 17:15
Société
Image
Joe Biden téléphone Ukraine
La guerre par proxy contre la Russie dans son tournant le plus dangereux
CHRONIQUE — Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, a déclaré ce jeudi que "l’Occident [était] en train d’armer ouvertement l’Ukraine...
28 avril 2022 - 23:00
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.