Le pape François à la mosquée de Bangui: "Chrétiens et musulmans, nous sommes frères"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Le pape François à la mosquée de Bangui: "Chrétiens et musulmans, nous sommes frères"

Publié le 30/11/2015 à 11:39 - Mise à jour à 11:40
©Gianluigi Guercia/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Au dernier jour de sa tournée en Afrique (Kenya, Ouganda, Centrafrique), le pape François s'est rendu ce lundi matin à la mosquée de Bangui. Un geste symbolique pour appeler à la réconciliation entre les deux communautés de la République centrafricaine, qui s'étaient violemment affrontées il y a deux ans.

"Chrétiens et musulmans, nous sommes frères", a déclaré lundi 30 le pape François, en visite à la mosquée centrale de Koudoukou, à Bangui, au dernier jour de sa visite en République centrafricaine.

Par cette visite symbolique, le souverain pontife a voulu oeuvrer à la réconciliation entre les communautés chrétienne et musulmane de ce pays, qui s'étaient affrontés lors de massacres fin 2013, notamment dans le quartier du PK-5 de la capitale centrafricaine, où est située la mosquée.

Le quartier, dernier bastion musulman de Bangui, est isolé depuis plusieurs mois du reste de la capitale par les milices chrétiennes anti-balaka qui empêchent la population d'en sortir et bloquent son approvisionnement. C'est donc après avoir franchi une zone de no-man's-land et sous d'importantes mesures de sécurité des soldats de l'ONU que le pape François s'et rendu à la mosquée, où il a été accueilli par plusieurs dignitaires religieux musulmans, dont l'imam Tidiani Moussa Naibi qui a prononcé une brève allocution.

Dans sa réponse, le pape a lancé un vibrant appel à la réconciliation entre les deux communautés. "Ma visite pastorale en République centrafricaine ne serait pas complète si elle ne comprenait pas aussi cette rencontre avec la communauté musulmane. Chrétiens et musulmans, nous sommes frères. Nous devons donc nous considérer comme tels, nous comporter comme tels", a-t-il dit.

"Nous savons bien que les derniers événements et les violences qui ont secoué votre pays n’étaient pas fondés sur des motifs proprement religieux. Celui qui dit croire en Dieu doit être aussi un homme, une femme, de paix".

"Ensemble, disons non à la haine, non à la vengeance, non à la violence, en particulier à celle qui est perpétrée au nom d’une religion ou de Dieu. Dieu est paix, Dieu salam", a poursuivi le chef de l'Eglise catholique, qui a conclu son discours par ces mots: "Que Dieu vous bénisse et vous protège! Salam alaykuom!"

La veille, le pape avait été accueilli triomphalement  à Bangui, demandant aux Centrafricains de déposer les armes et de refuser "la peur de l'autre". Dans la soirée, au moment le plus solennel de sa visite, il avait ouvert la "porte sainte" de la cathédrale de Bangui, pour le pardon des fautes en Centrafrique, à dix jours de l'ouverture à Rome du Jubilé de la Miséricorde qu'il a proclamé.

Après sa visite à la mosquée, le pape devait célébrer ce lundi une dernière messe au complexe sportif Barthélémy-Boganda, à Bangui, du nom du prêtre catholique centrafricain qui fut le premier président du pays après l'indépendance en 1960. Le souverain pontife devait ensuite regagner Rome dans l'après-midi, à l'issue de ce voyage en Afrique qui l'aura conduit au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le pape François lundi matin à la mosquée de Bangui.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-