Les dangers du monde d’après, selon le service de renseignement américain

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les dangers du monde d’après, selon le service de renseignement américain

Publié le 16/04/2021 à 17:10
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir
-A +A

Le National Intelligence Council (NIC), qui sert de conseil aux agences de renseignement américain, vient de publier son rapport prospectif à l’horizon de l’année 2040. A peine deux décennies nous séparent de cette échéance. De même, l’effondrement des Twin Towers de New York date d’à peine vingt ans. C’est dire que 2040 est tout proche et qu’il est en partie prévisible.

Le moins qu’on puisse dire est que, d’après le renseignement américain, ces vingt prochaines années seront dangereuses pour tout le monde. Voici les principales conclusions du rapport du NIC :

1) Du fait du poids des dettes publiques, les gouvernements auront moins de flexibilité budgétaire pour réagir aux défis climatiques.

2) Le dollar et l’euro vont devoir affronter de plus en plus la concurrence des cryptomonnaies, Bitcoin et compagnie. La politique monétaire sera plus difficile à conduire, les États ayant moins de contrôle sur les taux de change et la quantité de monnaie en circulation.

3) La pression climatique va aggraver les tensions tant entre les États qu’à l’intérieur de ces derniers. Notamment elle rendra plus difficile l’accès à l’eau potable et accroîtra la pression migratoire.

4) La Chine va chercher à affirmer sa domination en Asie contre les intérêts américains et faire pression pour récupérer Taïwan.

5) La prolifération nucléaire va reprendre tandis que l’intelligence artificielle va accroître l’efficacité des armes classiques.

6) D’ici 2040, la Chine sera devenue la principale rivale des États-Unis dans l’espace et son satellite de navigation Beidou fera jeu égal avec le GPS.

7) La polarisation ethnique ou/et religieuse restera intense et renforcera les dysfonctionnements de la vie politique.

8) La prolifération de la technologie digitale et les avancées de l’intelligence artificielle ouvriront la voie à des manipulations aussi bien étatiques que non-étatiques de l’opinion.

Apparemment, les démocraties sont en grand danger de dislocation du fait de la crise sanitaire, du ralentissement économique et d’un endettement qui dépasse tous les records. Mais les régimes autoritaires pourraient eux-mêmes rencontrer de graves difficultés et se révéler encore moins capables de s’adapter aux nouvelles donnes. Certes, de la Chine au Moyen Orient, ces dictatures ont montré jusqu'à maintenant leur capacité de résilience. Mais elles sont minées par la corruption et la dépendance aux matières premières. Par exemple, si la transition énergétique tient ses promesses, le prix du pétrole sera durablement inférieur au niveau nécessaire au maintien en l’état des « pétromonarchies ». D’une manière générale, les dictateurs sont comme des colosses aux pieds d’argile qu’un soulèvement peut abattre, comme on l’a vu lors du « Printemps arabe » et comme on le verra encore d’ici 2040 en maints endroits. La Chine elle-même, qui va être confrontée à un grave problème de vieillissement et ensuite de déclin de sa population, pourrait elle aussi entrer en crise.

En tout état de cause, les deux prochaines décennies seront dominées par les États-Unis et la Chine. Leur rivalité va conduire à renforcer, voire à reformuler leurs alliances respectives. Dans un tel contexte, le risque de conflit interétatique risque de grandir à cause des avancées techniques, des plus grandes difficultés à dissuader l’adversaire et de l’affaiblissement des normes acceptées par tous.

Ce dangereux duopole ne doit pas faire oublier que la Russie conservera son pouvoir « disruptif » durant les deux prochaines décennies. Ce pays a encore une redoutable force militaire, conventionnelle et nucléaire, et jouit de ressources énergétiques et minérales considérables. La dictature russe garde une volonté intacte de se projeter à l’extérieur, en Europe comme on peut le constater aujourd'hui même, mais aussi en Afrique, au Moyen Orient, et enfin dans l’Arctique, son tout nouveau terrain de jeu. Mais Poutine n’est pas éternel… et l’après-Poutine pourrait être convulsif.

Néanmoins, à notre humble avis, il serait fort dangereux de pousser la Russie, avec ou sans Poutine, dans les bras de la Chine… Il faut en effet s’efforcer de conserver ce qui reste du triangle Occident-Russie-Chine le plus longtemps possible si l’on ne veut pas entrer dans une troisième guerre mondiale. Souvenons que c’est le Pacte germano-soviétique qui a déclenché la Deuxième.
 

Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon le NIC, d'importants conflits géopolitiques nous guettent

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-