Les politiques peuvent faire marche arrière : l’exemple du Danemark

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Les politiques peuvent faire marche arrière : l’exemple du Danemark

Publié le 12/08/2021 à 17:30
BT.dk
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

CARTE POSTALE - Après de nombreuses manifestations dans toute la France, que peuvent attendre ceux qui défendent les libertés et la mise au rebut du passe sanitaire ? L'histoire récente montre qu'ils peuvent espérer beaucoup, notamment en regardant à l’étranger.

Il y a neuf mois, à l’automne 2020, l’État danois a reculé face aux protestations populaires.

Le gouvernement avait proposé un projet de loi suggérant trois grands points :
- les personnes touchées par le Covid-19 seraient susceptibles d’être contraintes à un examen médical, être hospitalisées, traitées et mises à l’isolement.
- le gouvernement aurait le droit d’identifier des groupes de personnes à vacciner de force.
- ceux qui ne respecteraient pas ces deux premiers points, pourraient être verbalisés ou soumis à des peines plus graves.

Face à ces mesures, le peuple était descendu en masse dans les rues et ce, pendant neuf jours consécutifs, jugeant ces mesures comme extrêmes et liberticides.

Bien que l’État ait culpabilisé les manifestants en jugeant qu’ils ne souhaitaient pas protéger leur voisin, les protestataires dénonçaient une loi amenant à davantage de contrôle social de la population.

Le quotidien danois B.T. retrace ces manifestations où, devant le château de Christiansborg, les tambours et les casseroles rythment l'ambiance devant le Parlement danois. Un des orateurs, Falke Mikailsen explique ses réticences face à la loi : "Nous ne voulons pas d'un vaccin obligatoire, nous n'avons aucune idée de ce qu'il y a dedans et nous ignorons ce qu'il fera aux gens à l'avenir".

Au bout des neufs jours de manifestations, les éléments instaurant la vaccination obligatoire ont été retirés. Le mouvement a été largement partagé sur les réseaux sociaux. Les manifestants avaient ciblé le caractère non-temporaire de la loi : sa pérennisation les inquiétait...

Ce qu'il s'est passé au Danemark est néanmoins à nuancer : le pays manifeste peu contre le pass sanitaire, en place depuis avril, qu'il semble globalement accepter. Avec le plus haut taux de vaccination d'Europe (61% de vaccinés à deux doses), "les Danois font confiance à leur gouvernement et se posent assez peu de questions" sur la vaccination, confie une observatrice locale. La gestion de la pandémie est jugée plutôt bonne, ce qui a renforcé cette confiance. 

II est à noter néanmoins une différence déterminante avec notre cocktail français d'absurdité administrative et de désordre : comme le confie Jacques, qui vit à Copenhague, la contrainte du passe sanitaire est là-bas très minime. L'organisation sans faille des tests, fluide, efficace et fiable, permet de rendre "indolore" cette contrainte. De nombreux centres de tests PCR et antigéniques, un temps d'attente quasi-nul, des tests beaucoup moins invasifs et désagréables qu'en France (PCR dans la gorge, antigénique très peu profond dans le nez), et des résultats très rapides (dans la demi-heure qui suit pour les antigéniques, dans la journée pour les PCR). Cependant, ces tests sont amenés à devenir payants et tout acte médical est très cher au Danemark...

Les Danois ont prévu une levée progressive des mesures restantes, qui devrait si la situation le permet se solder par un retour total à la normale début octobre.

Si les comparaisons sont impossibles, à tel point que l'atmosphère de sérénité et de confiance paraît étrange vue de France, il faut noter que même dans un pays où la gestion de crise est plus "paisible", une partie de la population a dit "stop"... Et avec succès. Pour la France, de quoi s'inspirer et espérer ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manifestation devant le château de Christiansborg, siège du Parlement danois

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-