Libye: le régime de Mouammar Khadafi accusé d'avoir inoculé le sida à des enfants

Libye: le régime de Mouammar Khadafi accusé d'avoir inoculé le sida à des enfants

Publié le 07/11/2016 à 17:10 - Mise à jour à 17:14
©Filippo Monteforte / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Mediapart révèle les contenus d'un carnet de bord d'un ancien haut dirigeant libyen dévoilant la manière dont le régime a contaminé volontairement des enfants avec le sida, dans la ville de Benghazi. Ce scandale avait été à l'origine de l'affaire des infirmières bulgares, injustement accusées des faits.

Jusqu’où la folie du régime de Mouammar Kadhafi, le maître de la Libye de 1969 à 2011, a-t-elle pu aller? Une enquête du journal en ligne Mediapart dévoile en effet que les autorités libyennes, qui ont tenu d’une main de fer le pays, avant de tomber sous le coup de la révolte des Printemps arabes, auraient incoulé le virus du sida à des enfants dans la ville de Benghazi, la cité rebelle au régime, à la fin des années 1990.

L’affaire avait déjà fait grand bruit entre 1999 et 2007: cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien naturalisé bulgare avaient été accusés, et même condamnés à mort, pour avoir inoculé dans le cadre de leurs activités le virus mortel à des enfants de la ville. Leur libération en 2007, médiatisée notamment par l’action de Nicolas Sarkozy et de son épouse de l’époque Cécilia, avait clôturé l’affaire. Qui vient donc de connaître un rebondissement: des enfants auraient bien volontairement été infectés, mais pas par des infirmières bulgares, mais bel et bien par les autorités de Tripoli.

Mediapart révèle en effet le contenu du carnet de bord de Choukri Ghanem, chef du gouvernement de Kadhafi de 2003 à 2006, puis ministre du Pétrole. Il raconte qu’Abdallah Senoussi, le chef du renseignement militaire, a expliqué à un membre de la commission d’enquête mise en place en Libye sur la libération des infirmières comment il s’était procuré avec Moussa Koussa, le patron des services spéciaux libyens des "fioles de virus contagieux". Ce même témoin affirme que "tous deux (Abdallah Senoussi et Moussa Koussa, NDLR) avaient injecté le virus aux enfants -les 232 enfants n’étaient pas de Benghazi mais ont été amenés de l’hôpital de Tajourah".

Le but du régime aurait été de fabriquer, par cette manipulation mortelle, un drame sanitaire et d’en imputer ensuite la responsabilité à l’Occident.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Kadhafi et son régime ont régné sur la Libye jusqu'en 2011.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-