L'Indonésie exécute huit condamnés à mort, Serge Atlaoui dans l'attente

L'Indonésie exécute huit condamnés à mort, Serge Atlaoui dans l'attente

Publié le 29/04/2015 à 07:23
©Beawiharta Beawiharta/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Les autorités indonésiennes se sont montrées inflexibles et se sont livrées à l'exécution de huit condamnés à mort mardi 28. Le sort du Français Serge Atlaoui est suspendu à un ultime recours judiciaire.

Les appels à la clémence venus du monde entier n'ont pas fait fléchir l'Indonésie. Huit condamnés à mort, deux Australiens, un Brésilien, trois Nigérians, un Ghanéen et un Indonésien, ont été fusillés mardi 28 au soir au complexe pénitentiaire de l'île isolée de Nusa Kambangan. Les familles des détenus ont rendu une dernière visite à leurs proches dans la journée dans une atmosphère triste et tendue.

Dans la foulée, l'Australie a annoncé qu'elle rappelait son ambassadeur à Jakarta. "Nous déplorons ce qu'ils ont fait et cela ne peut pas être considéré comme une simple affaire de routine", a déclaré Tony Abbott, le Premier ministre australien. La France, par le biais d'un communiqué du Quai d'Orsay, a rappelé "son opposition à la peine de mort, en tous lieux et en toutes circonstances" et s'est dite "solidaire avec les pays des ressortissants" étrangers exécutés. 

Condamné à mort lui aussi pour trafic de drogue, le Français Serge Atlaoui, âgé 51 ans, avait été retiré quelques heures plus tôt de cette liste en raison d'un recours devant la justice. Mais le parquet général indonésien a fait savoir mardi qu'en cas de rejet de cette ultime procédure administrative, il serait exécuté seul et que les autorités n'attendraient "pas très longtemps".

Le président indonésien Joko Widodo, qui dispose du droit de grâce, justifie ces condamnations à mort par les ravages que cause la drogue dans son pays. Sa consommation entraine des dizaines de milliers de morts par an. Les autorités indonésiennes entendent mettre en place "une thérapie de choc" pour mettre fin au trafic. Le pays s'est livré à 14 exécutions depuis le début de l'année 2015.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Malgré la pression internationale, l'Indonésie a exécuté huit condamnés à morts.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-