Mali: l'homme et la femme vivaient ensemble sans être mariés, un groupe islamiste les lapide

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mali: l'homme et la femme vivaient ensemble sans être mariés, un groupe islamiste les lapide

Publié le 17/05/2017 à 17:41 - Mise à jour à 17:47
© Romaric Hien / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Malgré l'intervention militaire, et notamment française, des groupes islamistes errent toujours dans le nord du Mali en semant la terreur. Dernier exemple en date: un couple non marié vivant dans la région de Kidal a été lapidé pour avoir "violé" les préceptes de l'islam radical.

La scène d'horreur semblait ne plus devoir exister dans cette région du Mali depuis 2012. Et la tragédie qui s'est déroulée mardi 16 à Taghlit, dans la région de Kidal, inquiète autant par sa barbarie que par le signal qu'elle envoie sur la présence de mouvements islamistes dans le secteur. Dans cette ville en effet, un couple a été lapidé à mort pour avoir commis le "crime" selon la loi islamiste de vivre en concubinage sans être marié. Des élus locaux ont rapporté cette exécution sommaire, qui a été confirmée aux médias par une source des forces maliennes de sécurité.

D'après les éléments connus, le couple a été arrêté par un groupe islamiste qui reprochait à l'homme et à la femme de ne pas être formellement mariés et, en conséquence, de contrevenir à leur interprétation rigoriste de la loi musulmane. Les hommes du groupe ont alors creusé deux trous pour enterrer les deux victimes, avant de les lapider à bout portant. Selon les témoignages, les bourreaux étaient au nombre de quatre.

Si l'exécution, et ses motifs religieux, sont confirmés, peu d'informations supplémentaires ont été révélées. Le groupe exact auquel appartenaient les meurtriers n'est par exemple pas identifié avec certitude.

En 2012, le nord du Mali était passé sous le contrôle de groupes djihadistes liés à Al-Qaida profitant d’une rébellion touareg, d’abord alliée à ces groupes, qui s'est ensuite vue écartée. L'intervention française en 2013 a largement réduit l'influence de ces bandes oscillant entre le terrorisme islamiste et le narcotrafic. De vastes zones échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises ou de celles de l’ONU, et subissent sporadiquement des attaques. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les faits se sont déroulés dans la région de Kidal, au nord du Mali.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-