Maltraitance: c'est quoi l'esclavage moderne?

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Maltraitance: c'est quoi l'esclavage moderne?

Publié le 18/11/2014 à 16:58 - Mise à jour le 19/11/2014 à 07:41
©Walk Free/Facebook
PARTAGER :

Auteur(s): AZ

-A +A

Un rapport de l'organisation non gouvernementale "Walk Free" recense dans un rapport publié, ce lundi 17, près de 36 millions de personnes exploitées dans le monde. On en parle beaucoup mais qu'est-ce que l'esclavage dit "moderne"? Un petit point s'impose…

On le sait, l'esclavage a été aboli depuis longtemps. Pourtant, il continue encore de sévir. Selon un rapport publié, ce lundi 17, par l'organisation non gouvernementale "Walk Free", près de 36 millions de personnes sont victimes d'esclavage dans le monde. Dans le top 5, l'Inde arrive largement en tête avec 14,3 millions de victimes, devant la Chine (3,2), le Pakistan (2,1), l'Ouzbékistan (1,2) et la Russie (1,1). Ces pays concentrent à eux seuls 61% des personnes victimes d'esclavage moderne. Sans grande surprise, l'Europe compte la proportion de personnes exploitées la plus faible (1,6%) mais recense tout de même près de 570.000 victimes. Dans le monde actuel, l'esclavage dit "moderne" prend différentes formes. Lesquelles?

L'esclavage pour dette

C'est la forme d'esclavage la plus répandue au monde. Elle touche des millions de personnes et sévit encore énormément. Quand la misère est trop grande ou bien lorsque qu'une personne a un besoin d'argent immédiat (soins médicaux, mariage, etc), contracter une dette auprès d'un "prêteur" est l'une des solutions envisagées. Le plus souvent, le "receveur" ne peut payer sa dette et se retrouve contraint de la rembourser en fournissant directement un travail. Ainsi, il se retrouve aliéné jusqu'au remboursement de ce prêt. Le plus souvent, le travail n'arrive jamais au bout de la dette et peut même se transmettre aux enfants.

Le travail forcé

"Tout travail ou service exigé d'un individu sous la menace d'une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s'est pas offert de son plein gré": voilà comment l'Organisation internationale du travail (OIT) définit le travail forcé. Ce fléau touche souvent les plus vulnérables: femmes et enfants, migrants et ouvriers clandestins. Ces personnes sont contraintes de travailler sous la menace dans des conditions parfois dangereuses. Souvent enfermées, privées d'identité, elles sont soumises à des violences physiques et psychologiques et travaillent à la limite de leur force.

L'esclavage sexuel

C'est l'une des formes les plus connues de l'esclavage dit "moderne". Considéré comme un "crime contre l'humanité", l'esclavage sexuel consiste à amener par la contrainte des personnes non consentantes à travers diverses pratiques sexuelles. Il s’agit généralement de réseaux criminels qui pratiquent également la traite des êtres humains.

Le mariage forcé

Le mariage devrait être un évènement heureux. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas. Parfois, certaines personnes sont obligées de se marier avec quelqu'un qu'elles n'ont pas choisi. Organisé par les familles, le mariage forcé consiste à marier une personne contre sa volonté, sous la contrainte. Les jeunes qui tentent d'y échapper sont souvent confrontés à une rupture familiale. Pour certains, les mariages forcés font partie de la tradition ancestrale. D'autres parlent du non-respect des droits de l'individu.

L'esclavage traditionnel

Cette forme d'esclavage est caractérisée avant tout par la notion d'appartenance. L'esclave est la possession du maître. Il est acheté, vendu. Les enfants nés des esclaves sont normalement considérés comme appartenant au maître et peuvent à leur tour être vendus. Cette forme d'esclavage continue à sévir notamment en Mauritanie et dans certains pays du golfe Persique. 

Auteur(s): AZ


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon l'ONG "Walk Free", près de 36 millions de personnes sont exploitées dans le monde.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-