Massacre au Mali: une centaine de personnes tuées dans un village dogon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Massacre au Mali: une centaine de personnes tuées dans un village dogon

Publié le 10/06/2019 à 16:05 - Mise à jour à 16:19
© ALAIN JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Au moins 95 personnes ont été massacrées dans un village du centre du Mali, dans la nuit de dimanche 9 à ce lundi 10. Les assaillants n'ont pas été identifiés, mais la région est depuis plusieurs années le théâtre de rivalités violentes entre différentes minorités.

Le bilan provisoire fait état de 95 victimes, mais plusieurs dizaines de personnes sont également portées disparues et de nombreux corps ont été retrouvés calcinés, ce qui rend d'autant plus difficile leur dénombrement.

Le village de Sobane-Kou dans le centre du Mali a été attaqué dans la nuit de dimanche à ce lundi. Le hameau de 300 habitants dogons (minorité malienne qui compte environ 700.000 personnes) aurait été encerclé dimanche dans l'après-midi par un groupe d'hommes armés.

Voir: Niger - 17 morts et 11 disparus dans une nouvelle attaque à la frontière malienne

Les habitants se seraient réfugiés dans leurs cases croyant à un simple vol de bétail. Mais les assaillants auraient pénétré dans le village, mis le feu aux habitations et abattu ceux qui tentaient de fuir, rapporte France 24. Selon les autorités locales, le village aurait été pratiquement rasé. Les forces de sécurité maliennes ne sont arrivées sur place que le matin.

L'identité des assaillants était encore inconnue ce lundi et plusieurs théories sont envisagées. Des groupes djihadistes sont présents au Mali contre lesquelles lutte notamment les militaires français de l'opération Barkhane, mais la piste de conflits entre différents peuples habitants dans cette zone est également envisagée.

Le 23 mars dernier, un village peul –autre peuple vivant notamment au Mali- a été la cible d'une attaque qui a fait 160 morts. Les Peuls avaient accusé une milice dogon.

Selon la Minusma (force des Nations unies déployée au Mali), ces affrontements entre communautés auraient fait 500 morts en 2018 et 250 victimes depuis le début de l'année.

Lire aussi:

"Le moment est venu d'étendre nos efforts" au centre du Mali (commandant de Barkhane)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'identité des assaillants du village malien n'est pas encore connue.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-