Mossoul: l'avenir de l'Irak sera discuté à Paris jeudi 20 octobre

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mossoul: l'avenir de l'Irak sera discuté à Paris jeudi 20 octobre

Publié le 18/10/2016 à 16:31 - Mise à jour à 18:42
©Ahmad Al-Rubaye/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La France et l'Irak organisent un sommet qui réunira ce jeudi à paris une vingtaine de pays pour préparer le futur dans la région, lorsque la bataille de Mossoul s'achèvera. L'Iran n'a pas été convié.

La France et l'Irak organisent jeudi à Paris une réunion ministérielle avec une vingtaine de pays pour "préparer l'avenir politique de Mossoul" après l'offensive de la coalition internationale pour chasser les jihadistes de la deuxième ville irakienne, a annoncé mardi le chef de la diplomatie française.

Cette réunion se tiendra quelques jours avant une rencontre, également à Paris, des principaux ministres de la Défense de la coalition internationale engagée contre le groupe Etat islamique afin de faire le point sur la bataille de Mossoul.

"Il faut anticiper, préparer +le jour d'après+, et la stabilisation de Mossoul après la bataille militaire", a déclaré Jean-Marc Ayrault lors d'une rencontre avec la presse diplomatique, précisant que l'Iran, pays pourtant très influent dans le conflit irakien, n'avait pas été convié.

Au total, une vingtaine de pays dont les Etats-Unis, la Turquie, les pays du Golfe et les Européens ont été invités pour cette réunion co-présidée par M. Ayrault et son homologue irakien Ibrahim Jaafari, qui sera ouverte par le président français François Hollande.

"Il faut gagner la guerre mais aussi examiner tout ce qui peut permettre de gagner la paix. Que se passe-t-il après? Il faut mettre une administration en place, préparer la stabilisation", a insisté le ministre français, dont le pays participe à la coalition internationale anti Etat islamique.

"Il y a trois priorités à l'heure actuelle: protéger les populations civiles à Mossoul et dans les villages avoisinants, fournir de l'assistance humanitaire, et les autorités irakiennes doivent élaborer un plan de stabilisation pour Mossoul et sa région", a-t-il énuméré.

M. Ayrault s'est également inquiété des jihadistes de l'Etat islamique qui, chassés par l'offensive en cours, "peuvent partir vers la Syrie".

"Plus que jamais, la question de Raqa est posée", a-t-il souligné, alors que les Américains n'ont jamais fait mystère de leur priorité irakienne et considèrent Raqa, fief des jihadistes en Syrie, comme un objectif secondaire.

"La coalition est face à ses responsabilités. La suite (de Mossoul), c'est Raqa, et faire l'impasse serait une faute grave", a martelé M. Ayrault. Nombre de ressortissants français ont rejoint les rangs de l'EI à Raqa depuis la prise de cette ville par les jihadistes en 2014.

"Si on veut lutter efficacement contre le terrorisme, Raqa est une question essentielle", a-t-il poursuivi, tout en reconnaissant que préparer une offensive contre la ville syrienne "demanderait du temps et de la volonté politique".

"Il y a une prise de conscience des autorités américaines", a-t-il assuré.

Les forces irakiennes, soutenues par les 60 pays de la coalition internationale contre l'EI, ont commencé lundi leur offensive pour reprendre Mossoul, dernier grand fief du groupe jihadiste dans le pays.

Cette bataille, qui pourrait durer "plusieurs semaines, peut-être des mois" selon le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, fait craindre un désastre humanitaire pour les quelque 1,5 million d'habitants vivant encore dans la deuxième ville du pays, dans le nord. L'ONU dit notamment redouter un déplacement massif de la population d'ici une semaine.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-