Pablo Iglesias Turrion, la voix de l'Espagne populaire

Pablo Iglesias Turrion, la voix de l'Espagne populaire

Publié le 26/05/2015 à 15:17 - Mise à jour à 16:02
©Paul Hanna/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

C'est le porte-parole et le leader de la gauche radicale espagnole. Pablo Iglesias Turrion dirige le parti Podemos qui vient de réaliser un score important aux élections municipales et régionales du dimanche 24 mai. La percée de Podemos, un peu plus d'un an après sa création met fin au bipartisme espagnol et son secrétaire général y est pour beaucoup.

Les cheveux longs, une barbe de trois jours, la chemise ouverte et le poing levé. Le look de Pablo Iglesias, porte-parole du parti d'extrême-gauche Podemos ("Nous pouvons" en espagnol), tranche avec celui des hommes politiques espagnols des partis conventionnels. Son discours également. Même si il n'a pas le charisme d'un tribun, sa voix porte et se teinte d'accents de fermeté lorsqu'il dénonce les élites de son pays et se fait plus chaleureux alors qu'il harangue les classes populaires à "prendre leur destin en main".

"Notre progression est imparable; nous n’oublions pas que notre réel objectif est de prendre les commandes de ce pays" lançait-il au soir de la percée historique de son parti lors élections municipales et régionales qui se déroulaient dimanche 24. En effet, Podemos s'empare de la mairie de Barcelone et termine deuxième à Madrid où les socialiste du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnole) vont devoir gouverner avec eux. Dans 12 des 13 régions, Podemos se classe 3e dans les parlements régionaux

L'activisme de gauche, Pablo Iglesisas, né en 1978 à Madrid, le porte dans ses gènes comme le confirmait sa mère, avocate du travail, au quotidien El Pais "dans la famille, on lutte pour la classe ouvrière depuis le XIXe siècle. C’est dans cette ambiance à haut voltage politique qu’a grandi Pablo". En effet son arbre généalogique ne trompe pas, on y trouve: des députés de gauche, des condamnées à mort pour leurs idées politiques lors de la Guerre d'Espagne et la dictature franquiste, des militaires républicains et des juges. Ses parents l’ont d'ailleurs prénommé Pablo en l’honneur d’un autre Iglesias, Pablo Iglesias Posse, père du socialisme espagnol.

Militant dans l'âme, Pablo Iglesias adhère aux Jeunesses communistes à 14 ans. Licencié en droit en 2001 et en science politique en 2004 de l'université Complutense de Madrid, il y obtient un doctorat en sciences politiques en 2008 avec une thèse, intitulé "Désobéissants" portant sur l'action collective post-nationale et le zapatisme.

En janvier 2014, il participe à la conversion du mouvement citoyen des "Indignés" en force politique contestation avec la fondation du parti Podemos. A la différence des partis traditionnels, très hiérarchisés, la formation d'extrême-gauche s'inscrit dans la logique de la démocratie participative. Pablo Iglesias en devient rapidement le secrétaire général en se faisant élire par plus de 30.000 sympathisants (soit 80% des suffrages).

Dans les meetings de Podemos, il n'est pas rare de voir fleurir les drapeaux rouge, jaune et violet de la République espagnole et d'entendre les vieilles chansons de la Guerre civile. Cependant, fini le "No Pasaran"', puisque maintenant, le rapport de force c'est inversé, c'est à Podemos de passer. Le discours se veut farouchement anticapitaliste, contre l'austérité et s'adresse aux classes moyennes espagnoles appauvries et aux victimes de la crise économique.

En seulement quatre mois, Podemos, qui s'est enregistré en mai 2014 comme parti politique pour pouvoir participer aux élections européennes devient la 4e force politique du pays. Plus de 1,2 millions d'Espagnol ont voté pour la formation aux européennes, envoyant 5 députés de Podemos au Parlement européen dont Pablo Iglesias.

Les élections législatives espagnoles qui se tiendront le 20 décembre pourraient permettre à Podemos et à son leader Pablo Iglesias d'envisager un scénario de type Syriza en Grèce et ainsi obtenir, moins de deux ans après sa création, le pouvoir en Espagne. Si cela relève encore de l'hypothèse, il est par contre évident que Pablo Iglesias sera de la campagne et se dépensera sans compter pour faire entendre la voix de l'Espagne des "oubliés", le poing levé.

Par Maxime Macé

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pablo Iglesias Turrion, secrétaire général du parti Podemos et voix de l'Espagne populaire.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-