Premier débat Trump-Clinton: avantage à l'ancienne Secrétaire d'Etat

Premier débat Trump-Clinton: avantage à l'ancienne Secrétaire d'Etat

Publié le 27/09/2016 à 10:44 - Mise à jour à 11:04
©DSK/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Hillary Clinton et Donald Trump se sont retrouvés sur la même scène, lundi, à l'occasion du premier débat télévisé de l'élection présidentielle américaine. Sérieuse et appliquée, la candidate démocrate l'emporte aux points face à un adversaire plutôt sur la défensive et moins incisif qu'à l’accoutumée.

Les échanges ont été tendus, musclés tout en restant parfaitement cordiaux. Devant plusieurs millions de téléspectateurs nord-américains (entre 80 et 100 millions), le premier débat entre Donald Trump et Hillary Clinton a eu lieu, dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 à New York, à six semaines de l'élection présidentielle américaine.

Premier point d'achoppement entre les candidats républicain et démocrate, la politique économique, où ils étaient tous les deux très attendus par les observateurs de l'élection. Trump comme Clinton ont tenté de flatter les classes moyennes même si la candidate démocrate a fait également la promotion du salaire minimum, du congé maternité, de l’égalité salariale femmes-hommes et de la lutte contre les échappatoires fiscales. De son côté, le sulfureux candidat républicain a mis en avant, comme à son habitude, son côté homme d'affaires qui a réussi.

Un argument repris au vol par l'ancienne Première Dame qui en a profité pour lui tiré un trait bien senti: "Donald a eu beaucoup de chance dans sa vie, il a commencé sa carrière avec 14 millions dollars (légués par son père, NDLR)", ajoutant également que Trump refusait toujours de dévoilé sa déclaration d'impôt, sous entendant ainsi que sa réussite économique n'est pas forcément aussi reluisante qu'il le dit: "qu’a-t-il à cacher? Peut-être qu’il ne paie aucun impôt fédéral! C’est de l’argent en moins pour les écoles".

Pas en reste, son rival a affirmé qu'il "rendrait public (ses) avis d'imposition, contre l'avis de (ses) avocats, quand elle publiera les 33.000 emails qui ont été effacés" faisant ainsi référence à l'affaire de la messagerie privée de Clinton du temps où elle officiait comme Secrétaire d'Etat (équivalent américain du ministre des Affaires étrangères) de l'administration Obama.

Au sujet de la politique internationale, les deux candidats se sont rendus coups pour coups.  "Tous les problèmes, elle aurait pu les régler il y a dix ans. Elle n'a pas l'endurance, ni le charisme pour être présidente. Il faut être capable de négocier avec le Japon, l'Arabie Saoudite. Je ne crois pas qu'Hillary en soit capable", a résumé Donald Trump en allusion à son malaise de la mi-septembre. Ce à quoi la candidate démocrate a répondu du tac au tac, justifiant de sa longue expérience diplomatique. "Quand il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, un cessez-le-feu, la libération de dissidents (...) ou même qu'il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d'énergie".

C'est également sur le côté polémique et sulfureux de Donald Trump qu'Hillary Clinton a gagné de points, accusant son adversaire de sursoir aux rumeurs les plus folles sur les origines de Barack Obama. Elle a également rappelé ses propos sur le changement climatique "inventé par les Chinois" selon lui, ou encore ses liens avec la Russie, se disant "choquée" quand Donald Trump a incité "Vladimir Poutine à pirater l'Amérique". Des attaques auxquelles le candidat républicain n'a pas souhaité répondre, apparaissant sur la défensive.

A en croire un sondage réalisé par CNN (en anglais) peu après la fin du débat, 62% des téléspectateurs pensent que Hillary Clinton a remporté le débat, contre seulement 27% pour son rival. Avantage Clinton, prochain round le 9 octobre prochain. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Hillary Clinton et Donald Trump se sont retrouvés sur la même scène, lundi, à l'occasion du premier débat télévisé de l'élection présidentielle américaine.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-