Prix alimentaires: le FMI alerte sur le risque d'émeutes de la faim en Afrique

Prix alimentaires: le FMI alerte sur le risque d'émeutes de la faim en Afrique

Publié le 28/04/2022 à 20:17
MICHELE CATTANI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

En raison du renchérissement des denrées alimentaires de base causé par la guerre en Ukraine, le Fonds monétaire international craint des « troubles sociaux » sur le continent africain.

Risque-t-on d’assister à des « émeutes de la faim » en Afrique subsaharienne ? Dans un rapport sur l’Afrique publié ce 28 avril, le Fonds monétaire international (FMI) s’inquiète de la survenue de « troubles sociaux » suite à la forte augmentation des prix alimentaires. À cause de la guerre en Ukraine et de la flamblée des prix des denrées alimentaires, « les craintes à l'égard de la sécurité alimentaire se sont nettement accentuées » augmentant « les risques de troubles sociaux » au sein des pays vulnérables, a mis en garde jeudi l'institution dans son rapport.

« Nous sommes très inquiets de la récente flambée des prix des aliments et du carburant » en Afrique, a confié à l’AFP le directeur du département Afrique au FMI, Abebe Aemro Selassie, qui redoute des risques de « protestations sociales ». Et d’ajouter : « Ce choc frappe de manière extrêmement ciblée les plus pauvres, en faisant augmenter les prix alimentaires, ceux des carburants et du transport en général, et au bout de la chaîne les producteurs de biens et services qui rehaussent leurs prix ».

Nous assistons, en effet, à une flambée des prix des denrées alimentaires à un niveau encore jamais atteint. Selon l'indice de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui comprend les tarifs des huiles végétales, des céréales ou des produits laitiers, le plus haut record date de 2011. Celui-ci a été battu au cours du mois de mars dernier.

Maurice Gourdault-Montagne, conseiller diplomatique de Jacques Chirac de 2002 à 2007, avait alerté ce mois-ci que les sanctions adoptées par l’Occident contre la Russie risqueraient bel et bien de se traduire en une augmentation du prix des produits agricoles et des matières premières avec pour conséquence de possibles « émeutes de la faim », notamment en Afrique.

Voir aussi : Guerre en Ukraine : vers une guerre mondiale sur le schéma de 1914 ?

Pour rappel, en 2008, la progression des prix des aliments de base avait donné lieu à des « émeutes de la faim » dans une trentaine de pays, dont le Sénégal, le Cameroun, ainsi qu'au Maghreb et dans les Caraïbes.

L'Afrique sub-saharienne importe 85% de sa consommation du blé

Dans son rapport intitulé « Un nouveau choc et une faible marge de manœuvre », le FMI estime que l’augmentation des prix du blé est « particulièrement préoccupante ». L'Afrique sub-saharienne importe pas moins de 85% de sa consommation de cette céréale. En Tanzanie, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, et au Mozambique, les niveaux d’importation sont notablement substantiels. Pour le FMI, les pays les plus en proie à l'insécurité alimentaire sont Madagascar, la République démocratique du Congo et les Etats autour du Sahel.

L’institution se montre pessimiste sur la situation à venir. Selon l’organisation internationale, elle pourrait être encore plus catastrophique car « bien plus de pays d'Afrique sub-saharienne étaient en meilleure santé budgétaire en 2008-2009 pour absorber le choc ».

Voir aussi : France : l'inflation bondit à 4,5% en mars, au plus haut depuis les années 1980

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le FMI alerte sur le risque de "troubles sociaux" en Afrique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-