Russie: l'opposant à Poutine Alexeï Navalny, interdit de présidentielle, appelle au boycott du vote

Russie: l'opposant à Poutine Alexeï Navalny, interdit de présidentielle, appelle au boycott du vote

Publié le 25/12/2017 à 17:35 - Mise à jour à 17:40
© Andrey BORODULIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny, a appelé lundi au boycott de la présidentielle du 18 mars après le rejet de sa candidature à ce scrutin pour lequel Vladimir Poutine apparaît sans concurrence pour remporter un quatrième mandat.

Invoquant une condamnation judiciaire dénoncée comme "fabriquée" par l'opposant, la Commission électorale russe a voté à l'unanimité, lors d'une réunion publique, pour refuser le dossier présenté la veille au soir par le juriste de 41 ans à l'issue d'une journée de mobilisation de ses partisans.

"Nous annonçons une grève du vote. Nous appellerons tout le monde à boycotter ces élections. Nous ne reconnaissons pas les résultats de ces élections", a annoncé M. Navalny à la presse après cette décision.

"La procédure à laquelle nous sommes invités à prendre part n'est pas une élection. Seul Poutine et les candidats qu'il a personnellement choisi, ceux qui ne représentent pas la moindre menace, y prennent part", a-t-il expliqué dans une vidéo destinée à ses partisans et diffusée sur son site internet.

La décision de la Commission électorale est loin de constituer une surprise car elle avait à plusieurs reprises averti que l'opposant ne pourrait se présenter avant 2028 en raison d'une condamnation en février dernier à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds dans une affaire remontant à 2009.

La présidente de la Commission Ella Pamfilova a assuré n'avoir "aucune observation" à faire quant aux documents apportés par Alexeï Navalny, répétant qu'il s'agissait de faire respecter la loi.

"Il est évident que ces affaires ont été fabriquées pour ne pas me laisser me présenter", a dénoncé M. Navalny lors des débats publics précédant la décision, s'appuyant sur une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

Considéré comme le principal opposant au président Vladimir Poutine, qui brigue en mars un quatrième mandat, Alexeï Navalny a mené campagne pendant des mois dans toute la Russie malgré les entraves et les pressions des autorités, ce qui lui a permis de gagner une fidèle base de soutiens, souvent très jeunes.

En dépit de l'indifférence des médias nationaux, ses meetings ont rassemblé des milliers de personnes et il a ouvert des dizaines de bureaux de campagne en province, sur lesquels il entend désormais s'appuyer pour appeler au boycott.

Charismatique blogueur anticorruption aux accents parfois nationalistes, il a également organisé en mars et en juin deux manifestations d'ampleur dans plusieurs villes du pays, qui ont débouché sur des milliers d'arrestations et qui lui ont valu de courtes périodes de détention.

Dimanche, l'opposant a encore mobilisé des milliers de ses soutiens en Russie pour chercher à imposer sa candidature malgré son inéligibilité, organisant notamment à Moscou un show à l'américaine devant la presse et des centaines de ses partisans.

En dépit de problèmes comme la corruption, la protection médicale de piètre qualité ou encore un niveau de pauvreté qui reste très élevé, les sondages prévoient une très large victoire à l'élection de Vladimir Poutine, avec une popularité atteignant 80%.

Nombre de Russes voient en M. Poutine, 65 ans, l'homme d'une certaine prospérité, notamment grâce à la manne pétrolière, et celui du retour de la Russie sur la scène internationale, tandis que d'autres lui reprochent une dérive autoritaire et un exercice personnel du pouvoir.

A la présidentielle, M. Poutine devrait affronter les traditionnels candidats du Parti communiste et des nationalistes du LDPR, ainsi que la vedette de télévision proche de l'opposition libérale Ksenia Sobtchak, qui espère réunir les Russes mécontents de la situation dans le pays.

Le président russe s'est toujours contenté de présenter M. Navalny, dont il refuse même dans la plupart des cas de mentionner le nom, comme une figure marginale et un opportuniste qui "utilise les difficultés existantes pour sa propre communication politique".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nous ne reconnaissons pas les résultats de ces élections", a annoncé M. Navalny, opposant numéro un au Kremlin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-